Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : L'euro reprend ses esprits vers 1,35 dollar

Marché : L'euro reprend ses esprits vers 1,35 dollar

tradingsat

(CercleFinance.com) - Une relative stabilité caractérisait le marché des changes mardi midi. Face au dollar, la monnaie unique européenne cède 0,14% à 1,3509 dollar, un niveau comparé aux 1,3363 atteints hier au plus bas de la séance.

La tendance de l'euro est également peu marquée contre le franc suisse (+ 0,07% à 1,2206), la livre sterling (- 0,05% à 0,8692), une légère reprise de 0,30% étant à signaler du côté du yen (+ 0,30% à 103,28).

Les dernières nouvelles, ou plutôt les dernières rumeurs, concernant la crise souveraine européenne semblent témoigner de davantage de volonté de la part de la zone euro face à la crise qui la fait vaciller. Une certaine confiance semble en partie revenue. Comme le rappellent les analystes d'Aurel BGC, “selon la chaîne financière CNBC, qui ne cite que des sources 'anonymes', les Européens réfléchiraient à la mise en place d'un plan visant à augmenter la capacité d'achat du FESF. Selon CNBC, les Européens iraient plus loin. Selon la chaîne financière, des 'responsables européens' envisagent de rassembler une partie des fonds du FESF dans un fonds commun de créances (FCC, special purpose vehicle) qui émettrait des obligations et achèterait de la dette souveraine européenne avec un 'levier financé par la BCE”.

En tout état de cause, les prochaines semaines s'annoncent chargées en actualités souveraines européennes. “Sept pays ont, pour l'instant, approuvé les modifications du mode de fonctionnement du FESF : la France, la Belgique, l'Italie, l'Espagne, l'Irlande, le Luxembourg et la Grèce. Des votes sont prévus cette semaine dans cinq autres pays : Allemagne (jeudi), Finlande, Slovénie, Autriche et Chypre. Enfin, quatre autres pays sont censés voter dans la première moitié du mois prochain”, ajoutent les spécialistes.

“La Grèce semble pouvoir diminuer la pression sur sa dette en privatisant certains secteurs économiques”, abondent les cambistes genevois de Pictet & Cie. Par ailleurs, la BCE pourrait abaisser les taux courts relevés à 1,25% au printemps.

'La crainte des marchés à terme, c'est que certains États puisent dans le fond plutôt que d'adopter des mesures visant à réduire les dépenses (et les déficits) sous prétexte de sauver ce ui reste de croissance', indique cependant Barclays Bourse.

Notons que l'optimisme à court terme du marché n'implique pas son retour à moyen terme. Les analystes de Bank of America-Merrill Lynch ont, ce matin pour la zone euro, abaissé leurs prévisions de croissance pour 2011 (de 1,7% à 1,6%) et 2012 (de 1,4% à 0,8%). Si France et Allemagne devraient faire mieux que cette moyenne, la Grèce devrait subir sa 4ème année consécutive de récession et le Portugal sa 2ème.

L'accalmie est de nouveau de mise sur la devise helvétique, ce qui tranche avec les violents mouvements enregistrés par le cours de l'or ces derniers jours. “Les rumeurs d'arrimage du franc suisse à l'euro à 1,2500 ayant diminué sur le marché, nous risquons de retourner sur la barre des 1,2000 progressivement”, supputent les cambistes de Pictet & Cie.

L'agenda statistique américain, marqué hier par une nouvelle déception sur le front immobilier, comprendra cet après-midi l'indice de confiance du consommateur du Conference Board pour septembre (prévision : 46 points ; précédent : 44,5) et l'indice manufacturier de la Fed de Richmond (prévision : -11 ; précédant : -10).

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...