Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : L'euro en retrait après des indicateurs

Marché : L'euro en retrait après des indicateurs

tradingsat

(CercleFinance.com) - La monnaie unique européenne accusait mardi midi une baisse marquée, du jamais vu depuis une semaine, et repasse ainsi sous la barre symbolique des 1,45 dollar. Aux environs de 12 heures 50, l'euro cède ainsi 0,41% à 1,4482.

Si l'euro parvient à tenir la corde face au yen nippon (+ 0,08% à 117,43), il perd aussi du terrain contre la livre britannique (- 0,54% à 0,8988) et surtout face à la devise-refuge du Vieux continent, le franc suisse, (- 0,78% à 1,2229).

En effet, les données économiques de la matinée ne prêtent en outre guère à l'optimisme. Inférieur à son estimation flash (54,2), l'indice final de l'activité de services de l'Eurozone se replie ainsi de 56 en mai à 53,7, affichant en juin son plus bas niveau depuis huit mois.

La croissance repose toujours sur les fortes expansions du noyau franco-allemand, malgré un fort ralentissement en France. Les performances des autres économies de la zone apparaissent relativement faibles, l'Italie, l'Espagne et l'Irlande signalant des suppressions de postes.

Par rapport à avril 2011, le volume des ventes du commerce de détail a diminué de 1,1% en mai tant dans la zone euro que dans l'UE. Les taux de croissance mensuels pour avril 2011 ont été révisés de +0,9% à +0,7% dans la zone euro et de +1,1% à +0,9% dans l'UE.

En outre, les cambistes de Pictet & Cie rappellent ce matin que “un 'roll-over' de la dette grecque aurait valeur de défaut, selon Standard & Poor's”.

De toute façon, comme le souligne un intervenant, “les dossiers clés restent les même : la Grèce se trouve sur le fil du rasoir pour la résolution de son problème de dette et les États-Unis ont aussi besoin d'une action relativement rapide sur son plafond de dette pour éviter son propre risque de défaut', note un professionnel.

Chez Jyske Bank, les spécialistes Changes soulignent le scepticisme propagé notamment par l'agence Mody's 'concernant la situation financière du secteur bancaire chinois et la dette publique.'

Sur l'agenda statistique américain de l'après-midi, on attend les commandes à l'industrie en mai (prévision : +1% ; précédent : - 1,2%); avant l'ISM des services, mercredi, et les chiffres sur l'emploi de juin, en fin de semaine. Ces données permettront d'affiner le diagnostic

Chez Aurel BGC ce matin, les analystes se montraient d'ailleurs réservés sur l'opinion dominante sur la conjoncture américaine, et selon laquelle le ralentissement actuel est temporaire et aggravé par les conséquences économiques de l'accident de Fukushima.

“Sans surprise, la consommation des ménages a été durement affectée par la hausse des prix du pétrole et le tassement des créations d'emplois. Les entreprises subissent une hausse sensible de leurs coûts de production et un tassement de leurs gains de productivité. Les dépenses publiques, dans leur ensemble, sont en forte contraction sur les derniers mois. Enfin, le rebond de l'activité dans le secteur immobilier est loin d'être acquis avec des banques qui distribuent des crédits immobiliers de manière très restrictive. Tous ces éléments sont autant de freins à une reprise forte et rapide de la croissance pour les prochains mois', commentaient ce matin les analystes..

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...