Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : L'été français devrait profiter du printemps arabe

Marché : L'été français devrait profiter du printemps arabe

L'été français devrait profiter du printemps arabeL'été français devrait profiter du printemps arabe

par Patrick Vignal

PARIS (Reuters) - Les révolutions arabes rendent les plages du Maghreb et les rives du Nil moins tentantes pour les touristes français, qui devraient se ruer cet été sur leur littoral malgré les prix cassés pratiqués en Afrique du Nord.

Les réservations, pourtant de plus en plus tardives ces dernières années, sont à la hausse depuis plusieurs mois avec un taux exceptionnel dans les zones balnéaires, explique Didier Arino, directeur de la société de conseil Protourisme.

S'ils délaissent la campagne et la montagne, les Français se précipitent vers la mer, avec une préférence marquée pour les côtes landaise et basque.

Les campings haut de gamme (+8%) et les villages de vacances (+5%) ont la part belle mais les hôteliers, eux aussi, se réjouissent d'une tendance prometteuse.

"On est à une réservation en légère augmentation sur juillet et très bonne sur le mois d'août mais il y a encore des possibilités de trouver une chambre", explique ainsi Alain Vivien, directeur de l'office du tourisme d'Arcachon (Gironde).

Ce sont surtout les campings qui bénéficient de l'engouement pour la côte aquitaine.

"Cette année, on a été complet au 15 janvier pour les mobil-homes, soit deux mois plus tôt que l'année dernière, et depuis le 15 mai on a fait quasiment le plein pour les autres emplacements", dit Chantal Pujade, du camping Ker Helen au Teich (Gironde).

PART DE RÊVE

Les promotions, omniprésentes sur l'Afrique du Nord ou l'Egypte, n'y changent rien : ces destinations, très populaires, en temps normal, souffrent de leur situation politique.

Même si, pour Didier Arino, le danger de la Tunisie, par exemple, reste à démontrer, Djerba, haut-lieu tunisien du tourisme balnéaire, n'est qu'à un jet de pierre de la Libye.

"C'est comme si on avait enlevé aux gens une part de rêve", explique Didier Arino, qui estime à 1,2 millions le nombre de Français ayant renoncé à partir cet été à l'étranger. "Les gens sont devenus frileux, ils hésitent à passer à l'acte".

Les crises arabes jouent bien sûr un rôle dans le repli sur la France, tout comme la catastrophe nucléaire de Fukushima, au Japon, qui ôte de l'attrait aux destinations asiatiques, fait valoir le directeur de Protourisme..

S'y ajoute le problème du pouvoir d'achat, aggravé par la flambée des prix du carburant, qui incite de nombreux Français à jouer la carte de la proximité, voire à ne plus partir du tout.

Trois millions de Français supplémentaires renonceront ainsi cette année à partir en vacances.

Si 49% des Français déclarent vouloir faire des économies d'hébergement, ils risquent d'avoir du mal à y parvenir, à moins de raccourcir leurs séjours.

VOYANTS AU VERT

Les prix pratiqués autour du bassin d'Arcachon ne sont en effet pas les mêmes qu'à Hammamet et le tarif des hébergements touristiques de France a augmenté de 30% en moyenne en cinq ans.

Le budget moyen d'un touriste français est estimé à 123 euros par jour, soit 1.000 euros par semaine environ, alors que des séjours tout compris en Tunisie pour la même durée sont proposés à moins de 600 euros.

Première destination touristique au monde depuis les années 1990, la France accueille près de 80 millions de visiteurs par an. Le tourisme lui a rapporté 49,4 milliards d'euros en 2009, la plaçant ainsi au troisième rang en termes de recettes derrière les Etats-Unis et l'Espagne.

Les voyants, malgré la crise, restent au vert.

S'ils partent moins loin et moins longtemps, les Français ont tendance à partir plus souvent et les plus favorisés ne rechignent pas à la dépense, 20% des partants représentant 70% des consommations.

"En pleine crise du pouvoir d'achat, on pourrait connaître notre meilleure saison hôtelière, allez savoir", souligne Didier Arino.

Agréable ces derniers temps, la météo rend attrayantes les côtes françaises, même celles de Normandie ou de Bretagne. Les étrangers, notamment les Allemands, grands amateurs des plages d'Afrique du Nord, pourraient également se tourner vers la France.

Tout augure donc d'un été 2011 de qualité, voire record. Un élément psychologique pourrait y contribuer : à l'annonce des beaux jours, les Français, malgré un contexte économique peu réjouissant, veulent prendre du bon temps.

"On était à fond dans la déprime au début de l'année mais là, on sent que les gens se lâchent un peu", conclut Didier Arino.

Avec Claude Canellas à Bordeaux, édité par Yves Clarisse

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...