Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : L'emploi salarié conforte peu à peu sa reprise

Marché : L'emploi salarié conforte peu à peu sa reprise

L'emploi salarié conforte peu à peu sa repriseL'emploi salarié conforte peu à peu sa reprise

PARIS (Reuters) - L'emploi salarié du secteur privé en France a poursuivi sa reprise au premier trimestre et ce mouvement devrait permettre de réduire d'un peu plus de 100.000 les effectifs du chômage cette année.

Les secteurs marchands non agricoles ont créé 58.200 postes au cours des trois premiers mois de l'année, ce qui équivaut à une hausse de 0,4% des effectifs globaux, selon les chiffres révisés publiés jeudi par l'Insee.

Ces chiffres marquent une accélération par rapport au quatrième trimestre 2010, qui avait enregistré 48.300 créations de postes (+0,3%).

Sur douze mois, l'emploi a augmenté de 1,1%, soit 181.700 postes. L'équivalent de 45% des suppressions de postes subies sur la période 2008-2009.

Un an et demi après être sortie de la récession, la France n'est donc pas encore au milieu du gué en terme d'emploi.

Mais l'embellie est plus nette si l'on exclut les emplois intérimaires, principal moteur de la remontée des effectifs au cours des trimestres précédents: hors intérim, l'emploi marchand affiche 52.300 postes créés sur janvier-mars, plus du double du chiffre enregistré sur octobre-décembre.

Autre feu passé au vert: l'industrie a stabilisé ses effectifs, avec 1.300 créations de postes au premier trimestre pour des effectifs globaux d'environ 3,3 millions de personnes.

"C'est la première fois depuis le premier trimestre 2001 que l'industrie ne perd pas d'emplois sur un trimestre", précise l'Insee. Le solde du secteur industriel sur un an demeure toutefois négatif, avec 32.800 emplois détruits.

Parallèlement, l'emploi s'est légèrement redressé dans la construction (+3.000, soit +0,2%) après neuf trimestres de baisse et il a progressé de 0,5% dans le tertiaire (+48.000 hors intérim).

De son côté, Pôle Emploi, qui établit ses statistiques sur une base différente de celle de l'Insee, fait état de 64.000 emplois créés au premier trimestre (156.500 sur un an).

101.000 CHÔMEURS DE MOINS ATTENDUS EN 2011

L'emploi dans les entreprises affiliées à l'assurance chômage affiche ainsi une croissance de 1,0% sur un an à 16,53 millions. L'économie française accuse néanmoins encore un déficit de 227.000 postes par rapport au pic du début 2008, avant la crise, selon les statistiques de Pôle Emploi.

Pôle Emploi prévoit pour l'ensemble de cette année un total de 148.000 créations de postes dans les entreprises affiliées à l'assurance chômage, ce qui permettrait de faire baisser de 101.000 le nombre des demandeurs d'emploi en catégorie A.

Une prévision qui implique une baisse atténuée d'ici la fin de l'année par rapport au premier trimestre, puisque cette catégorie de chômeurs a vu ses effectifs reculer de 42.500 sur janvier-mars, sa première baisse après 11 trimestres consécutifs de hausse.

Pour 2012, l'agence table sur 139.000 créations d'emplois et une diminution ralentie, de 77.000, des demandeurs d'emploi en catégorie A.

Pôle Emploi ne publie pas de prévisions en terme de taux de chômage mais ses prévisions impliquent, selon les calculs de Reuters, une baisse d'environ 0,4 point du taux de chômage sur l'année.

Si elles se vérifient, ces prévisions mettent à portée de main l'objectif affiché par le gouvernement d'un retour du taux de chômage sous le seuil symbolique de 9% fin 2011. Un objectif relativement modeste puisqu'il correspondrait au niveau du début 2009, lorsque la France était en pleine récession.

L'amélioration sur le front des effectifs profite aussi aux salaires: l'Acoss, l'agence centrale des organismes de sécurité sociale, fait état de son côté d'une hausse de 1,7% du salaire moyen par tête (SMPT) au premier trimestre, soit 2,8% sur un an.

Un mouvement "tiré par la hausse du SMIC au 1er janvier (+1,6% ndlr), l'impact des négociations de branche et d'entreprise et des primes plus conséquentes", précise-t-elle.

"En outre, le moindre recours au chômage partiel et la hausse du nombre d'heures supplémentaires amplifient l'augmentation du SMPT dans la construction et certains secteurs industriels", comme la métallurgie et l'automobile.

La masse salariale globale progresse ainsi de 2,1% en rythme trimestriel, soit quatre fois plus vite que sur octobre-décembre.

Marc Angrand, édité par Patrick Vignal

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...