Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : L'émission de dette réussie de l'espagne saluée par les marchés

Marché : L'émission de dette réussie de l'espagne saluée par les marchés

L'émission de dette réussie de l'espagne saluée par les marchésL'émission de dette réussie de l'espagne saluée par les marchés

par Tracy Rucinski

MADRID (Reuters) - L'Espagne a fait souffler jeudi un vent d'optimisme sur les marchés de la zone euro avec une adjudication de dette réussie qui a permis à Madrid de lever le double du montant prévu et d'abaisser ses coûts de financement.

Pour l'un des premiers tests de 2012 sur le marché de la dette souveraine en zone euro, le Trésor espagnol a émis jeudi pour dix milliards d'euros d'emprunts à trois et cinq ans, attirant une solide demande et servant des rendements en recul.

Cette adjudication très attendue, ainsi qu'une émission à court terme bien négociée par l'Italie, ont permis aux Bourses européennes d'accroître leurs gains en matinée, tandis que l'euro a inscrit un plus haut de séance à 1,2742 dollar.

En outre, les rendements du papier italien et espagnol se sont détendus sur le marché secondaire : les obligations à dix ans de l'Italie ont vu leur rendement céder jusqu'à 40 points de base (pdb) sur la séance, à 6,62%, tandis que leurs homologues espagnoles se négociaient à 5,25% (-11 pdb).

L'Espagne, qui ambitionnait de ne lever que cinq milliards d'euros au total via trois échéances, a vendu 4,3 milliards de papier issu d'une nouvelle souche à trois ans, avec un ratio de couverture de 1,8 et un rendement de 3,384%.

Madrid a également écoulé 2,5 milliards d'euros de titres à échéance avril 2016, à un rendement moyen de 3,748%, contre 4,871% lors de la précédente adjudication de ce type en juillet dernier. L'offre a été sursouscrite 2,2 fois.

Enfin, 3,2 milliards d'euros d'obligations arrivant à échéance en octobre 2016 ont trouvé preneur à un rendement moyen de 3,912%, contre 4,848% en novembre. Le ratio de couverture ressort à 1,7.

ABONDANCE DE LIQUIDITÉS

Les banques espagnoles ont continué à apporter leur soutien à l'Etat espagnol grâce aux fonds prêtés par la Banque centrale européenne (BCE) lors de son opération de refinancement exceptionnelle à trois ans, fin décembre.

Les établissements de la zone euro avaient alors emprunté quelque 489 milliards d'euros auprès de la BCE, et une autre opération de ce type est prévue en février.

"Au fond, la seule raison pour laquelle (les rendements) ont autant baissé est l'abondance des liquidités fournies par la BCE, et avec une autre opération à venir en février, le marché semble pour l'instant très satisfait", juge Michael Leister, chez DZ Bank à Francfort.

Mais les analystes s'interrogent sur l'appétit des banques pour la dette souveraine à plus long terme.

"Il faut garder en tête que les adjudications de janvier sont probablement les plus faibles en quantité du premier trimestre et avec des échéance plus courtes (qu'en février et en mars), ce qui facilite leur absorption", relève un analyste obligataire.

Côté italien, le Trésor a servi un rendement divisé par plus de deux par rapport au mois dernier pour vendre 8,5 milliards d'euros d'emprunts à un an. Le rendement moyen de ces bons à douze mois a ainsi chuté à 2,735%, contre près de 6% lors d'une précédente émission à la mi-décembre.

Rome connaîtra vendredi son véritable premier test sur le marché obligataire en 2012 avec une émission à plus long terme. Le Trésor prévoit d'émettre jusqu'à 4,75 milliards d'euros de dette à cette occasion.

Jean Décotte pour le service français, édité par Danielle Rouquié

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...