Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : L'effet marché dope les fonds risqués, pas la collecte

Marché : L'effet marché dope les fonds risqués, pas la collecte

L'effet marché dope les fonds risqués, pas la collecteL'effet marché dope les fonds risqués, pas la collecte

par Alexandre Boksenbaum-Granier

PARIS (Reuters) - La performance annualisée des fonds offrant le profil d'investissement le plus risqué (actions, obligations à haut rendement) commercialisés en France s'est accélérée en août, soutenue par un effet de marché favorable sans pour autant véritablement attirer les investisseurs.

L'indice SBF 120 a gagné 3,4% sur le seul mois d'août, porté par les espoirs d'une intervention des grandes banques centrales, en particulier de la Banque centrale européenne (BCE), pour soutenir l'économie et endiguer la crise.

Depuis, le SBF 120 gagne encore 2,5%, la BCE ayant annoncé son intention, si nécessaire, d'acheter un montant illimité d'obligations souveraines sur le marché secondaire tandis que la Réserve fédérale américaine a accepté d'acheter pour 40 milliards de dollars (31 milliards d'euros) de dette immobilière par mois.

"Même si les facteurs, à moyen terme, restent extrêmement incertains en raison d'une croissance économique en berne et des résultats d'entreprises qui vont certainement ralentir (...) les marchés entrent aujourd'hui dans une phase thématique de réduction des primes de risque sur les actions européennes", estime Rachid Medjaoui, directeur adjoint de la gestion en charge de la stratégie d'investissement à La Banque Postale AM.

Selon les données compilées par Lipper, filiale de Thomson Reuters, le gain sur un an des fonds actions enregistrés à la vente en France a atteint 11,1% le mois dernier contre 0,6% en juillet et celui des gestions spécialisées dans les obligations à haut rendement s'est élevé à 17,9% (+10,7% en juillet).

"UN PESSIMISME ENCORE EXAGÉRÉ"

Dans le même temps, l'ensemble des fonds commercialisés dans l'Hexagone a progressé de 8,6% (+2,2% en juillet) et les gestions obligataires de 10,1% (+8,9%) quand l'indice SBF 120 a pris 4,8% (-9,4%).

"Les conclusions de la dernière réunion de la BCE ont changé la donne. L'implosion de la zone euro est très probablement évitée, laissant place à un retour de la confiance des acteurs économiques", commente dans une note Frédéric Rollin, conseiller en stratégie d'investissement chez Pictet.

"Les valorisations sont basses, indiquant malgré la hausse un pessimisme encore exagéré. Enfin, beaucoup d'investisseurs n'ont pas participé au 'rally'", ajoute-t-il.

En août, les investisseurs ont en effet préféré rester encore à l'écart des fonds risqués.

Si la collecte de l'ensemble des OPCVM de droit français a atteint 3,6 milliards d'euros en août, les demandes de retraits des fonds actions se sont en revanche élevées à 1,6 milliard d'euros, portant à près de 4,7 milliards la décollecte des trois derniers mois sur cette catégorie de fonds, selon un extrait de la note mensuelle OPCVM d'EuroPerformance.

Au total, les encours de fonds actions atteignent 170 milliards d'euros à fin août (+2% depuis le début de l'année), dopés par l'effet de marché, et l'ensemble du marché des OPCVM de droit français 770 milliards (+6%).

Edité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI