Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : L'économie du japon rebondit mais sa dette inquiète

Marché : L'économie du japon rebondit mais sa dette inquiète

tradingsat

par Stanley White

TOKYO (Reuters) - L'économie japonaise a affiché des signes de reprise après le séisme dévastateur qui a frappé le pays début mars, mais l'agence de notation Moody's les a jugés insuffisants, avertissant mardi qu'elle pourrait abaisser la note souveraine du pays en raison de son endettement croissant.

La production industrielle japonaise a progressé de 1% en avril après le recul historique de 15,5% le mois précédent, lorsqu'un séisme suivi d'un tsunami ont ravagé le pays le 11 mars, faisant 24.000 morts et provoquant d'importantes ruptures d'approvisionnement dans les usines.

Les industriels prévoient une croissance de la production proche de 8% en mai et en juin, ce qui la ramènerait proche de son niveau d'avant la catastrophe, d'après les chiffres du ministère de l'Economie.

La Bourse de Tokyo a clôturé mardi en hausse de 1,99%, dopée par ces prévisions optimistes et par le recul du yen après la mise en garde de Moody's sur l'envol de la dette nipponne.

En dépit des perspectives prometteuses pour la production industrielle, l'agence de notation a fait un pas de plus vers un abaissement effectif de sa note sur le Japon - actuellement à Aa2 - après avoir annoncé en février être passée d'une perspective "stable" à "négative" sur cette note.

CROISSANCE INSUFFISANTE, DETTE EN HAUSSE

Le Japon est encore en récession et les économistes soulignent que la faiblesse persistante de la consommation pourrait menacer la reprise. Les dépenses des ménages ont ainsi reculé de 3% en avril sur un an, après avoir chuté de 8,5% en mars, une baisse record.

Dans ce contexte incertain, Moody's doute que le Japon puisse connaître une croissance assez rapide pour l'aider à réduire le déficit de ses finances publiques, au vu du fardeau encore inconnu mais potentiellement énorme des réparations à la centrale de Fukushima-Daiichi, dont les fuites radioactives représentent la crise nucléaire la plus grave depuis 25 ans.

"Les coûts économiques et fiscaux du séisme du 11 mars sont beaucoup plus importants que prévu et contribuent à amplifier les effets négatifs de la crise financière globale, dont l'économie japonaise ne s'est toujours pas pleinement remise", a souligné Moody's.

L'agence de notation a également exprimé ses doutes sur la capacité du gouvernement japonais à conjurer la menace d'une crise de la dette par une série de réformes de l'imposition et de la sécurité sociale prévues en juin.

Le Premier ministre Naoto Kan est sous le coup d'une motion de défiance du parlement au sujet de sa gestion de la crise nucléaire et la fronde a même gagné les rangs de la majorité, si bien que les analystes sont plus pessimistes que jamais quant à la capacité du pays à parvenir à une réforme cohérente de ses finances publiques.

A fin 2010, l'endettement du Japon représentait 210% du produit intérieur brut du pays.

Tokyo peut encore emprunter à prix abordable sur le marché des obligations, mais si la dette publique atteint un niveau trop élevé, les marchés monétaires exigeront du papier japonais un rendement beaucoup plus élevé, a souligné Moody's.

L'annonce de Moody's sur la note japonaise intervient moins d'une semaine après celle de Fitch, qui a abaissé vendredi sa perspective de "stable" à "négative" sur le pays.

Catherine Monin et Natalie Huet pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...