Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : L'arrestation de strauss-kahn ne change rien pour la grèce

Marché : L'arrestation de strauss-kahn ne change rien pour la grèce

L'arrestation de strauss-kahn ne change rien pour la grèceL'arrestation de strauss-kahn ne change rien pour la grèce

ATHENES (Reuters) - L'arrestation de Dominique Strauss-Kahn, directeur général du Fonds monétaire international (FMI), aux Etats-Unis, n'influera en rien la détermination de la Grèce à mettre en place les mesures d'austérité conditionnant le plan d'aide du FMI et de l'Union européenne, a dit dimanche un porte-parole du gouvernement.

Cependant cette inculpation pourrait être cause de retards à court terme étant donné que certaines réunions auxquelles devait assister Dominique Strauss-Kahn sont annulées, a déclaré plus tôt un haut responsable grec.

"Le gouvernement grec continue, sans interruption, à appliquer son programme pour sortir de la crise", précise George Petalotis, porte-parole du gouvernement grec, dans un communiqué.

Dominique Strauss-Kahn, a été inculpé dimanche d'agression sexuelle, de tentative de viol et de séquestration par le parquet de New York après les accusations d'une employée d'un grand hôtel de la ville.

Il devait rencontrer Angela Merkel ce dimanche et assister à la réunion des ministres des Finances de la zone euro lundi à Bruxelles pour évoquer la crise de la dette de la zone euro et, parmi d'autres, le cas grec.

La Grèce sera à nouveau sous la pression de ses pairs de la zone euro lundi afin d'annoncer des mesures supplémentaires permettant d'assainir ses finances publiques, alors qu'elle ne semble pas en mesure de maintenir la trajectoire de réduction de ses déficits.

Ce qui est immédiatement en jeu pour Athènes est le versement le mois prochain de la prochaine tranche, de 12 milliards d'euros, dans le cadre d'un plan d'aide de 110 milliards mis au point par le FMI et l'UE en mai 2010.

Des membres d'une mission menée par ces deux institutions en Grèce sont arrivés à la conclusion qu'Athènes n'avait pas rempli tous les objectifs prévus pour le versement d'une nouvelle tranche, ont dit des responsables.

Cité par le journal allemand Taggespiegel, Jürgen Stark, membre du comité exécutif de la Banque centrale européenne (BCE), estime pour sa part que la Grèce doit faire davantage d'économies pour obtenir cette nouvelle tranche du plan d'aide.

L'absence de Dominique Strauss-Kahn aux réunions des prochains jours consacrés à la crise de la dette dans la zone euro n'influera vraisemblablement pas la décision de verser ou non cette tranche, qui dépend essentiellement d'une évaluation des réformes entreprises par la Grèce.

Mais, au-delà de cette tranche, Athènes cherche à obtenir un assouplissement des conditions du plan de 110 milliards, via un rallongement de la maturité des prêts qui lui sont octroyés et une diminution des taux d'intérêt attachés à ces prêts.

De telles modifications relèvent forcément d'une décision politique et non pas technique.

"Ceci (l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn) va certainement être source de quelques retards sur le court terme. Dominique Strauss-Kahn avait une très bonne connaissance de la situation grecque", a déclaré le haut responsable grec déjà cité sous le sceau de l'anonymat.

"Mais cela ne changera pas la politique du FMI pour le Grèce. La Grèce continuera de mettre en oeuvre son programme."

Lefteris Papadimas, Benoit Van Overstraeten pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI