Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : L'agence moody's quasi-certaine que la grèce fera défaut

Marché : L'agence moody's quasi-certaine que la grèce fera défaut

tradingsat

par Ingrid Melander et Georges Georgiopoulos

SYDNEY/LONDRES (Reuters) - Moody's a abaissé lundi la note souveraine de la Grèce de "Caa1" à "Ca", le dernier cran au-dessus du défaut, perspective dont l'agence de notation évalue désormais la probabilité à "virtuellement 100%".

C'est la deuxième agence de notation à mettre en garde contre un défaut de la Grèce depuis que les dirigeants de la zone euro ont approuvé la semaine dernière un nouveau plan d'aide à Athènes de 109 milliards d'euros, assorti d'une participation des banques et assureurs européens sous la forme d'un échange de dette.

Ce plan induit des pertes importantes pour les détenteurs d'obligations grecques, a expliqué Moody's, qui attribue désormais à la Grèce la note de crédit la plus faible de tous les pays qu'elle évalue.

"Le programme annoncé par l'Union européenne et le communiqué de l'Institut de la finance internationale (IFI) implique une probabilité d'échange déséquilibré, et donc de défaut de la dette souveraine grecque, virtuellement de 100%", a estimé l'agence dans un communiqué.

Les valeurs bancaires grecques et plus largement la Bourse d'Athènes ont accueilli impassiblement l'annonce de Moody's, se montrant peu changées lundi.

Les analystes soulignent que le marché avait anticipé une telle réaction des agences de notation, jugée moins inquiétante à la lumière des garanties apportées par l'accord européen.

EN ATTENDANT L'ÉCHANGE

Comme Fitch la semaine dernière - qui a indiqué qu'elle placerait la note grecque en défaut partiel - Moody's a précisé qu'elle réexaminerait la note grecque à la suite de l'échange de dette.

"Moody's réévaluera la note de la Grèce pour s'assurer qu'elle reflète le risque associé au nouveau profil de crédit du pays et à l'éventualité de nouvelles restructurations de dette", a déclaré l'agence de notation.

Cependant, alors que Fitch a fait savoir qu'elle attribuerait à la suite de cet échange de dette une note plus élevée, "vraisemblablement dans le bas de la catégorie spéculative", Moody's a dit ne pas pouvoir prévoir quand et dans quel sens la note grecque pourrait changer.

"Tout dépend de la rapidité avec laquelle l'échange de dette se produira", a expliqué Alastair Wilson, responsable crédit de Moody's pour la zone Europe-Asie-Moyen-Orient.

"Dès que nous aurons une meilleure visibilité sur ce point, nous réévaluerons le profil de crédit assez rapidement. Savoir si la note va changer ou non, c'est une autre question."

Un haut responsable de l'Union européenne a déclaré ce week-end que les dirigeants de la zone euro et les institutions financières prévoyaient de démarrer l'échange d'obligations grecques pour des titres à échéance plus longue dès la fin août et de le conclure début septembre, pour réduire autant que possible la période pendant laquelle la Grèce sera en défaut partiel.

MOODY'S DIT CRAINDRE UN PRÉCÉDENT

Le nouveau plan d'aide, estime Moody's, permettra sans doute à la Grèce de réduire le coût de son endettement - d'environ 13,5 milliards d'euros, d'après l'IFI - mais le pays fait toujours face à d'importants défis de solvabilité à moyen terme.

"Le volume de la dette sera bien supérieur à 100% du PIB pour de nombreuses années encore et le pays restera confronté à des risques significatifs pour ce qui est de la mise en oeuvre des réformes budgétaires et économiques", indique Moody's.

L'agence de notation redoute également que, tout en limitant à court terme le risque de contagion de la crise de la dette à d'autres pays de la zone euro, le plan de sauvetage ne constitue un précédent négatif de restructuration pour les investisseurs.

"Le plan de soutien établit un précédent pour de futures restructurations si la dette souveraine d'un autre Etat de la zone euro devient aussi problématique que celle de la Grèce", estime Moody's.

L'agence précise que la note "Ca" s'applique à des obligations hautement spéculatives étant probablement en situation de défaut ou en étant très proches. Standard & Poor's et Fitch attribuent à la Grèce une note de crédit à peu près similaire, "CCC".

Un conseiller de l'International Swaps and Derivatives Association (ISDA), l'association des intervenants des marchés dérivés, a par ailleurs estimé vendredi que le plan proposé par l'IFI d'échange ou de rachat volontaire de dette grecque ne déclencherait pas d'événement de crédit ou le versement des CDS, ces assurances sur le défaut de paiement.

L'une des conditions à réunir pour qualifier un événement de crédit est que la modification des termes d'une dette lie l'ensemble des créanciers, ce qui n'est pas le cas ici, a estimé l'ISDA, qui a le dernier mot en la matière.

Avec Cecile Lefort à Sydney, Gregory Schwartz et Natalie Huet pour le service français, édité par Danielle Rouquié

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI