Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : L'affaire strauss-kahn tombe mal pour la présidence du g20

Marché : L'affaire strauss-kahn tombe mal pour la présidence du g20

L'affaire strauss-kahn tombe mal pour la présidence du g20L'affaire strauss-kahn tombe mal pour la présidence du g20

PARIS (Reuters) - L'arrestation aux Etats-Unis de Dominique Strauss-Kahn sous l'accusation de violence sexuelle est une mauvaise nouvelle pour la présidence française du G8 et du G20, qui comptait sur son soutien actif pour faire progresser ses idées en matière de gouvernance économique mondiale.

Le directeur général du Fonds monétaire international, dont la nomination à Washington avait été soutenue en 2007 par Nicolas Sarkozy, ne pourra pas participer au sommet du G8, les 26 et 27 mai à Deauville, et sans doute pas non plus à celui du G20 début novembre à Cannes.

Le FMI a déclaré rester "pleinement opérationnel" et annoncé que son numéro deux, John Lipsky, assurerait l'intérim.

Cet Américain aura cependant sans doute une sensibilité différente de celle de l'ancien ministre socialiste français de l'Economie sur le sauvetage de la Grèce, de l'Irlande ou du Portugal ou sur la réforme du système monétaire international.

L'Elysée refusait encore dimanche soir de faire le moindre commentaire sur l'affaire Strauss-Kahn, en se retranchant derrière les procédures judiciaires en cours aux Etats-Unis.

Mais on redoutait à Paris, de source française, que le FMI ne défende plus, dans les semaines et les mois à venir, une position aussi forte sur les priorités du G8 et du G20 comme sur l'aide aux pays de la zone euro en difficulté financière.

"Ça ne va pas faciliter les choses, parce que nous comptions sur un FMI mobilisé et que le FMI va avoir la tête ailleurs", estimait-on de même source.

"Nous espérons que le FMI restera mobilisé, dans cette période d'incertitude, pour la résolution des lourds problèmes internationaux que sont les dossiers du G8 et du G20 et les difficultés des pays périphériques de la zone euro", disait-on cependant par ailleurs de source proche de la présidence française du G8 et du G20.

On assurait de même source que la France n'avait pour sa part "aucune raison" de modifier ses objectifs en ce qui concerne ces deux forums internationaux.

"Nous continuerons à travailler avec cette institution très importante (le FMI)", ajoutait-on.

Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...