Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Hsbc menace de quitter la city après un 3e trimestre difficile

Marché : Hsbc menace de quitter la city après un 3e trimestre difficile

Hsbc menace de quitter la city après un 3e trimestre difficileHsbc menace de quitter la city après un 3e trimestre difficile

LONDRES (Reuters) - HSBC a fait état mercredi d'une chute plus forte que prévu de ses bénéfices au troisième trimestre, imputable aux résultats moroses de sa branche investissement et à une hausse de ses créances douteuses aux Etats-Unis.

La première banque européenne a également prévenu qu'elle pourrait quitter le Royaume-Uni, où se trouve son siège depuis plus de vingt ans, en raison de nouvelles règles en matière de fonds propres qui pourraient lui coûter cher.

Sur la période juillet-septembre, HSBC a réalisé un bénéfice imposable sous-jacent en recul de 36% à 3 milliards de dollars (2,18 milliards d'euros).

"Les conditions d'activité ont montré des signes d'amélioration en octobre mais elles demeurent très difficiles et les turbulences persistantes sur les marchés mondiaux pourraient entraîner de nouveaux risques baissiers", a prévenu le groupe.

Vers 10h40 GMT, l'action HSBC perdait 5,54% alors que l'indice sectoriel bancaire européen reculait de 4%.

HSBC estime que la nouvelle réglementation prudentielle britannique pourrait lui coûter jusqu'à 2,5 milliards de dollars et a prévenu qu'il pourrait quitter le pays pour cette raison.

Le directeur général Stuart Gulliver avait annoncé en mai son intention réduire les coûts annuels de HSBC de 3,5 milliards de dollars et de renforcer la rentabilité du groupe en quittant les pays, où ses activités manquent d'envergure, pour se concentrer davantage sur l'Asie.

La banque a déjà supprimé 5.000 postes depuis le premier trimestre, sur les 30.000 suppressions annoncées d'ici 2013.

HSBC a précisé que ses provisions pour charges et risques de crédit étaient en hausse de 700 millions de dollars à la fin du trimestre par rapport à leur niveau de l'an dernier à la même époque, en raison notamment du moratoire sur les saisies immobilières aux Etats-Unis.

"Les perspectives pour l'économie mondiale sont très difficiles, à mesure que les problèmes sur les marchés développés commencent à affecter les taux de croissance à travers le monde", a commenté HSBC.

Steve Slater, Natalie Huet pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...