Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Grosse agitation boursière autour d'unicredit et d'intesa

Marché : Grosse agitation boursière autour d'unicredit et d'intesa

tradingsat

par Ian Simpson and Gianluca Semeraro

MILAN (Reuters) - Malmenée en Bourse depuis plusieurs jours, la première banque italienne, UniCredit, a fini par regagner du terrain mardi, notamment sur des rachats de positions à découvert après une conférence de presse de son administrateur délégué.

L'Italie est attaquée depuis lundi sur le marché obligataire en raison des craintes de contagion à ce pays de la crise de la dette grecque.

Réservée à la baisse plusieurs fois pendant la séance, l'action UniCredit a fini en hausse de 5,9% à 1,2220 euro, après six jours de repli lors desquels son cours de Bourse a dégringolé de 26%.

L'action Intesa, elle aussi malmenée, a gagné 3,3% à 1,5770 euro.

Les propos du ministre de l'Economie italien Giulio Tremonti ont pu soutenir le secteur. Ce dernier a déclaré qu'il quittait la réunion Ecofin (ministres des Finances de l'Union européenne) de Bruxelles pour revenir à Rome et s'atteler à un plan d'austérité.

L'Italie est tout à fait capable de rembourser ses dettes et le pays ne fera jamais défaut, avait pour sa part affirmé lundi Lorenzo Bini Smaghi, membre du directoire de la Banque centrale européenne.

UniCredit est l'objet de ventes à découvert spéculatives sans rapport avec les fondamentaux italiens ni avec la santé des banques du pays, a déclaré mardi Federico Ghizzoni son administrateur délégué.

"Nous ne nous sentons pas particulièrement attaqués, c'est à cause de la liquidité (de l'action) et parce que nous sommes la cible de ventes à découvert spéculatives", a déclaré Federico Ghizzoni lors d'une conférence de presse convoquée à la hâte après une réunion du conseil d'administration.

"Ce qui s'est passé ces dernières jours est sans relation avec les fondamentaux, ni de l'Italie, ni des banques. Il est évident que le marché est nerveux à propos du débat grec, au sujet duquel aucune décision n'a été prise."

Selon lui, les marchés pourraient faire du yo-yo le reste de la semaine dans l'attente notamment des résultats des "stress tests" sur les banques européennes qui doivent être publiés vendredi.

Federico Ghizzoni a réaffirmé les commentaires tenus la semaine dernière par le gouverneur de la banque d'Italie Mario Draghi, selon qui il n'y aura pas de problèmes pour les cinq banques italiennes ayant passé les tests de résistance et dont fait partie UniCredit.

"Nous sommes calmes. Pour autant que nous le sachions, ça va pour les banques italiennes", a-t-il déclaré.

UniCredit est la seule banque italienne à ne pas avoir procédé à une augmentation de capital cette année. Federico Ghizzoni a déclaré à maintes reprises que des mesures supplémentaires d'accroissement des fonds propres du groupe n'étaient pas nécessaires. Mardi, il a déclaré que les discussions du conseil d'administration n'avaient pas porté sur ce thème.

Wilfrid Exbrayat et Danielle Rouquié pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI