Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Glencore veut racheter xstrata pour 41 milliards de dollars

Marché : Glencore veut racheter xstrata pour 41 milliards de dollars

Glencore veut racheter xstrata pour 41 milliards de dollarsGlencore veut racheter xstrata pour 41 milliards de dollars

par Sarah Young et Eric Onstad

LONDRES (Reuters) - Glencore, le numéro un mondial du négoce de matières premières, a annoncé mardi le rachat des 66% du géant minier Xstrata qu'il ne détient pas pour 41 milliards de dollars dans le cadre de la plus importante opération jamais réalisée dans le secteur des matières premières.

Présentée comme une "fusion entre égaux" dans un communiqué commun, la transaction donnera naissance au premier exportateur de charbon pour centrales électriques et à un leader du cuivre, capable de concurrencer les trois premiers groupes miniers mondiaux que sont BHP Billiton, Vale et Rio Tinto.

Glencore, qui détient déjà 34% de Xstrata, émettra 2,8 nouvelles actions par titre Xstrata, ce qui valorise le géant minier à 62 milliards de dollars.

Si l'on additionne les résultats d'entreprise de 2011 de Xstrata et de Glencore, la nouvelle entité pèse 209 milliards de dollars de chiffres d'affaires et 16,2 milliards de résultat brut.

Dans leur communiqué, les deux sociétés déclarent que le nouvel ensemble aura une valeur de marché combinée de quelque 90 milliards de dollars (68,6 milliards d'euros).

Dans la foulée de l'annonce de l'opération, plusieurs actionnaires de Xstrata ont dit qu'ils voteraient contre la fusion, estimant qu'elle ne valorisait pas suffisamment leur participation dans le groupe minier.

Xstrata avait dit jeudi dernier être en négociations en vue d'une fusion avec Glencore, après un an de pourparlers hachés.

La parité retenue de l'opération représente une prime de 15,2% par rapport au cours de clôture de Xstrata le 1er février, jour qui avait précédé l'annonce de négociations, contre une moyenne de 20% à 30% en cours dans le secteur.

STANDARD LIFE ET SCHRODERSS CONTRE LA FUSION

Vers 10h45 GMT, le titre Glencore baissait de 0,6% à 458 pence après avoir gagné jusqu'à 2% juste après l'annonce, tandis que l'action Xstrata reculait de 2,81% à 12,26 livres alors que l'indice regroupant les valeurs européennes liées aux matières premières perdait 1,57%.

Depuis jeudi 2 février, jour de l'annonce des pourparlers de fusion, le titre Glencore affiche une hausse de quelque 9% et l'action Xstrata une progression d'environ 10%.

Lors d'un entretien accordé à Reuters, Mick Davis, directeur général de Xstrata, qui prendra également les rênes du nouvel ensemble, s'est dit persuadé que les actionnaires des deux sociétés approuveront le projet de fusion.

"Je serai surpris si nos actionnaires ne trouvaient pas cette opération aussi attrayante que la direction", a-t-il dit.

Les actionnaires de Xstrata - hors Glencore - détiendront 45% du nouveau groupe, qui prendra comme nom Glencore Xstrata International.

Mais Standard Life Investments et Schroders, qui détiennent ensemble 3,6% de Xstrata, ont estimé que la fusion "sous-évaluait sensiblement" les actifs de Xstrata et sa capacité à générer des bénéfices à l'avenir.

"Même si nous admettons un certain intérêt à une fusion entre Xstrata et Glencore, le ratio d'échange proposé sous-évalue nettement les actifs de Xstrata (...) De ce fait, nous avons l'intention de voter contre la transaction à moins que les termes de la fusion pour les actionnaires de Xstrata ne soient significativement améliorés", déclare Standard Life, qui possède 63,6 millions d'actions Xstrata.

"Je suis tout à fait d'accord avec Standard Life et nous pensons procéder exactement de la même manière. C'est une affaire formidable pour Glencore, probablement une opération positive pour la direction de Xstrata, mais c'est un mauvais coup pour les actionnaires de Xstrata", a dit pour sa part à Reuters Richard Buxton, de Schroders.

Les gérants de fonds possédant des titres dans les deux groupes devraient se montrer moins difficiles que ceux qui ne sont actionnaires que de Xstrata, ont d'ailleurs souligné des analystes.

ACTEUR D'UNE FUTURE CONSOLIDATION

Mick Davis a ajouté que le nouveau groupe participerait à l'avenir à des opérations de fusions & acquisitions "au vu de sa capacité financière sensiblement élargie et de structure actionnariale simplifiée".

"Il est évident que le groupe combiné sera présent dans le domaine des fusions & acquisitions. L'entité a beaucoup plus de flexibilité pour être opportuniste et saisir les occasions quand elles se présentent."

Selon des experts du secteur, Glencore Xstrata pourrait avoir un oeil sur Anglo American.

"Une fusion entre Glencore et Xstrata offre une opportunité unique de créer un nouveau modèle d'entreprise dans notre secteur, en guise de réponse à un environnement en mouvement. C'est la suite logique entre deux activités complémentaires", déclare Mick Davis.

Le directeur général de Glencore Ivan Glasenberg, un milliardaire qui détient 15,8% de la société de négoce, deviendra directeur général délégué de l'entité fusionnée.

Le rapprochement entre Xstrata - quatrième minier mondial - et Glencore crée un groupe qui veut tirer parti d'une demande de matières premières en provenance de Chine et d'autres pays émergents attendue en forte hausse au cours des prochaines années.

Le nouveau groupe anticipe des synergies d'au moins 500 millions de dollars et ajoute que la fusion aura un effet relutif pour les actionnaires de Xstrata dès le premier exercice plein suivant la fusion.

Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI