Bourse > Actualités > Points de marché > Fusions : L'administration Obama aura bloqué 370 Mds$ d'opérations

Fusions : L'administration Obama aura bloqué 370 Mds$ d'opérations

Les règles financières et concurrentielles auront beaucoup changé en 7 ansLes règles financières et concurrentielles auront beaucoup changé en 7 ans

(Tradingsat.com) - Les spécialistes des fusions-acquisitions ne remercieront pas l’administration Obama. Depuis 2009, le durcissement des règles financières a provoqué l’annulation de 370 milliards de dollars d’opérations de rachat !

Deux mandats de président… Et des centaines de deals bloqués ! Barack Obama aura singulièrement marqué l’histoire financière américaine, selon les statistiques compilées par le Financial Times.

Lors de ses deux mandats, l’administration américaine aura annulé ou provoqué l’annulation de l’équivalent de 390 milliards de dollars d’opération, soit plus que les mandats Clinton et Bush junior réunis.

Haro sur la "Tax Inversion"

Le cas le plus emblématique aura sans doute été l’opération Pfizer-Allergan, abandonnée cette semaine. Elle devait être l’une des 5 plus grosses fusion-acquisition de tous les temps, au vu de son montant astronomique, 160 milliards de dollars.

Mais la perspective d’un durcissement des règles en matière de "Tax Inversion", de fusions a visée d’optimisation fiscale, a découragé 2 acteurs majeurs qui avaient pourtant une solide stratégie industrielle.

Précédent britannique

Pfizer qui n’en était pas à son premier échec, puisqu’il y a 2 ans, le groupe avait planifié le rachat du britannique AstraZeneca. Opération qui a échoué, cette fois parce que la classe politique britannique s’était mobilisée.

Elle refusait qu’un groupe du pays serve de niche fiscal à un géant américain, puisque le taux d’imposition en Grande-Bretagne était à l’époque de 20% contre 33 aux Etats-Unis. Depuis il a encore été abaissé à 16%.

Règles antitrust plus sévères

La même année d’ailleurs, on a eu aussi l’échec du projet de fusion AbbVie – Shire Pharma. Ce dernier étant domicilié en Irlande, les autorités américaines ont tout de suite soupçonné Abbvie de poursuivre le même objectif : faire passer d’un coup sa fiscalité de 33 à 13%.

L’opération à 55 milliards de dollars a été stoppée. Mais la lutte contre la "Tax Inversion" n’aura pas été le seul sujet des interventions hostiles des autorités américaines. Ces 7 dernières années auront aussi été le théâtre d’un durcissement des règles de concurrence.

Crainte d’un cartel des télécoms

Et cette fois, on ne parle pas d’entreprises découragées par d’éventuels changements réglementaires, mais bien de décisions de justice ou des autorités compétentes. En 2011, l’antitrust américain retoque le projet de fusion à 39 milliards de dollars entre AT&T et T-Mobile, ex-filiale de Deutsche Telekom.

Les responsables américains s’inquiètent à l’époque d’une situation de cartel de fait sur le marché des opérateurs, au vu des parts de marché considérables des 2 acteurs.

Câble et Internet

Pareil pour Comcast-Time Warner, opération de fusion à 71 milliards de dollars, dans le domaine du câble, mais aussi avec un aspect particulier : la protection de la "Neutralité du Net".

Opération avortée qui a eu le mérite de laisser le champ libre à Numericable, qui par le biais de 2 acquisitions ciblées en quelque mois, est devenu le principal challenger de Comcast sur le marché américain.

Enjeu éléctoral

Enfin même dans le monde de la bourse, l’antitrust américain s’est opposé à un projet de fusion Nasdaq-NYSE en 2011, qui aurait créé un monstre new-yorkais de la bourse ! En revanche la même autorité n’a au rien à redire à la reprise du NYSE par Intercontinental Exchange deux ans plus tard.

Autant en matière de fiscalité que de concurrence, les années Obama auront donc été des années de plus grande fermeté à l’égard des méga-opérations financières.

Une fermeté que Barack Obama aimerait mettre au crédit du camp Clinton, de manière à ce que ce point de son bilan pèse positivement sur l’issue des primaires démocrates, et du scrutin présidentiel de novembre.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI