Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : France télécom dévoile un plan 2015 sans grande surprise

Marché : France télécom dévoile un plan 2015 sans grande surprise

tradingsat

par Marie Mawad

PARIS (Reuters) - France Télécom a laissé entrevoir mardi une stabilité de son dividende et de possibles rachats d'actions en dévoilant des prévisions à l'horizon 2015 jugées sans surprise alors que le titre sous-performe depuis plusieurs mois ses concurrents européens.

L'opérateur télécoms anticipe qu'il devra renforcer ses investissements jusqu'en 2013 pour en cueillir les fruits les années suivantes par une accélération de sa croissance et une amélioration de sa rentabilité.

"France Télécom-Orange souffre d'un manque de confiance, probablement lié au marché du mobile en France et à de mauvais souvenirs ces dernières années", a déclaré Stéphane Richard, le PDG du groupe, en ouverture d'une journée investisseurs.

Le groupe, qui a versé 1,40 euro par action l'an dernier, a dit entrevoir un maintien de son dividende jusqu'en 2015, mais il n'a pas exclu de rendre davantage à ses actionnaires en cas de cession d'actif de plus d'un milliard d'euros dans le cadre de sa revue de portefeuille.

France Télécom a entrepris depuis quelques mois la revue de ses actifs, précisant mardi qu'il ne comptait pas rester au capital d'entreprises dont il détient une part minoritaire du capital et dont il n'a pas le contrôle opérationnel.

DÉFIS A COURT TERME

L'opérateur, qui visait jusqu'à présent un free cash flow annuel de huit milliards d'euros par an, donne désormais des indications en termes de cash flow opérationnel, qu'il définit comme l'Ebitda réduit des dépenses d'investissement en capex. Il table sur un cash flow opérationnel cumulé de 27 milliards d'euros pour la période de 2011 à 2013.

Les objectifs communiqués pour 2014 et 2015 ont été jugés peu pertinents par des analystes, qui estiment que cette période est trop éloignée au regard des défis auxquels France Télécom est confronté à court terme.

Ils ont surtout retenu l'indication, jugée conforme aux attentes, d'une stabilisation de la rentabilité du groupe, confronté depuis plusieurs années à un marché des télécoms européen de plus en plus concurrentiel et soumis à de fortes pressions réglementaires.

En Bourse, l'action France Télécom prenait 0,25% à 15,825 euros à 13h20, tandis que le CAC 40 gagnait 1,57% et que l'indice sectoriel européen prenait 0,15%.

Le titre a sous-performé ces 12 derniers mois ses rivaux européens, comme Telefonica et Deutsche Telekom DTEGn.DE>, signant une hausse d'un peu plus de 1% à comparer avec une progression de 12% de l'indice européen des télécoms, et ce en dépit d'un taux de rendement du dividende supérieur à la moyenne du secteur.

France Télécom dit vouloir stabiliser son Ebitda en 2013, avec un niveau supérieur à celui de 2011, puis viser un Ebitda cumulé de l'ordre de 45 milliards d'euros pour les années 2011-2013, qui ressort conforme aux attentes des analystes.

Le consensus Thomson One tablait sur un Ebitda de 15,27 milliards d'euros en 2011, sur la base de 35 estimations, et attendait 45,3 milliards en cumulé pour la période 2011-2013.

Le directeur financier du groupe, Gervais Pellissier, a précisé que le point bas serait touché en France en 2012 en termes d'Ebitda.

Sur son marché historique, France Télécom se prépare à l'arrivée d'un quatrième opérateur mobile, Free, qui doit avoir lieu en 2012 mais a d'ores et déjà pesé sur les prix dans le marché.

"Nous allons approfondir la segmentation avec, d'une part des offres d'entrée de gamme qui nous permettrons de concurrencer Free et les MVNOS (opérateurs télécoms sans réseau, NDLR). D'autre part, nous allons enrichir nos offres haut de gamme de nouveaux services", a expliqué Delphine Ernotte, la directrice des activités françaises.

Avec Leila Abboud, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI