Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : France et allemagne entrevoient un accord en grèce

Marché : France et allemagne entrevoient un accord en grèce

France et allemagne entrevoient un accord en grèceFrance et allemagne entrevoient un accord en grèce

PARIS (Reuters) - La France et l'Allemagne se sont montrées optimistes lundi au sujet des négociations entre la Grèce et ses créanciers pour lesquelles un accord semble "prendre forme" mais ont pressé Athènes de respecter l'intégralité de ses engagements.

La Grèce négocie depuis plusieurs mois avec ses créanciers privés les modalités d'un échange de dette, condition indispensable à la mise en place d'un deuxième plan d'aide de 130 milliards d'euros sans lequel le pays risque de faire défaut dès la fin du mois de mars.

Les négociateurs de l'Institut de la finance internationale (Ifi), qui regroupe les créanciers privés de la Grèce, ont dit dimanche avoir mis sur la table tout ce qui leur était possible d'offrir.

"Nous sommes déterminés à soutenir la Grèce le temps qu'elle mette en oeuvre ses réformes et que celles-ci produisent leurs effets", a déclaré le ministre français de l'Economie François Baroin à des journalistes à l'issue d'une rencontre avec son homologue allemand Wolfgang Schäuble lundi matin.

Le ministre français a ajouté qu'un accord "semble être en train de se dessiner" sur une restructuration volontaire de la dette impliquant une participation du secteur privé.

Athènes et ses créanciers discutent notamment d'un échange d'obligations visant à réduire de 100 milliards d'euros le montant de la dette publique grecque, qui dépasse 350 milliards, soit environ 160% du produit intérieur brut. Les créanciers devraient avoir à subir une perte de 65 à 70% sur leurs titres.

Wolfgang Schäuble a de son côté indiqué que le gouvernement grec présenterait lundi un rapport détaillé sur l'état actuel des négociations mais a insisté sur le fait que la Grèce devait tenir l'intégralité de ses engagements en matière de dette, de déficit et de réformes structurelles.

François Baroin a par ailleurs estimé que la crise des dettes souveraines était en train de se stabiliser.

"Le contexte est favorable à une dynamique positive. Nous constatons des signes de stabilisation dans la zone euro. Il faut se garder de tout triomphalisme et consolider cette stabilisation", a-t-il dit.

Les ministres des Finances de la zone euro (Eurogroupe) se réunissent ce lundi à Bruxelles pour préparer le Conseil européen du 30 janvier. Les discussions porteront sur la Grèce, sur le plan italien de redressement des comptes publics et sur le pacte budgétaire européen.

Des analystes ont déclaré lundi attendre des annonces de soutien à la croissance à court terme à l'issue de cette réunion alors que les indicateurs conjoncturels de la zone euro pointent vers un net ralentissement de l'activité.

Matthias Blamont, Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI