Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Fitch ramène sa perspective sur le japon à négative

Marché : Fitch ramène sa perspective sur le japon à négative

tradingsat

par Stanley White et Rie Ishiguro

TOKYO (Reuters) - Fitch Ratings a abaissé vendredi de stable à négative sa perspective sur la note long terme de la dette du Japon, réaffirmée à "AA", en évoquant le coût encore inconnu de la crise nucléaire et l'impact du séisme et du tsunami du 11 mars sur des comptes publics déjà fragiles.

Le yen a modérément reculé face au dollar et à l'euro en réaction à cette annonce qui fait suite aux abaissements de perspective décidés par Standard & Poor's le 27 avril et Moody's dès le 22 février, avant même la catastrophe naturelle.

En tout début d'année, S&P avait même abaissé à AA- la note du Japon en estimant que le pays n'avait pas de plan cohérent pour juguler l'aggravation de sa dette.

A fin 2010, l'endettement du Japon représentait 210% du produit intérieur brut du pays.

Dans un communiqué, Fitch précise que la note "AA" du Japon est fragilisée par l'augmentation vertigineuse de l'endettement de l'archipel cette année après la triple catastrophe de mars.

Tout en reconnaissant que les dépenses publiques de reconstruction pourraient soutenir le PIB en 2011 et 2012, Fitch met en exergue le coût potentiellement énorme des réparations induites par la catastrophe à la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi.

Fitch précise qu'un plan de consolidation budgétaire plus radical et plus crédible pourrait permettre au Japon de retrouver une perspective stable.

"Si le Japon ne parvient pas à renforcer son engagement en matière de consolidation budgétaire ou si des coûts budgétaires ou économiques supplémentaires étaient imputables à la reconstruction, cela pourrait provoquer un abaissement" de la note souveraine), explique Fitch.

Le gouvernement nippon a réagi en assurant qu'il poursuivrait ses efforts pour rééquilibrer les finances publiques.

"D'un côté, le Japon oeuvre durement à sa reconstruction. D'un autre côté, il est certain que le pays oeuvre durement à sa solidité financière", a dit à la presse le secrétaire général adjoint du gouvernement, Tetsuro Fukuyama, en marge du sommet du G8 à Deauville.

Richard Mcguire, analyste chez Rabobank, juge très limité l'impact de la dégradation de la note japonaise sur les marchés.

"D'une part, Fitch s'aligne ainsi sur S&P (...) et d'autre part, comme lorsque S&P avait modifié son opinion, le marché obligataire ne devrait guère en tenir compte parce que les titres de dette japonaise sont quasiment tous entre des mains japonaises, ce qui les rend relativement insensibles à des changements de notes", a-t-il dit.

Stanley White et Rie Ishiguro, Benoit Van Overstraeten et Natalie Huet pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI