Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Eurotunnel saisit l'autorité de la concurrence sur seafrance

Marché : Eurotunnel saisit l'autorité de la concurrence sur seafrance

Eurotunnel saisit l'autorité de la concurrence sur seafranceEurotunnel saisit l'autorité de la concurrence sur seafrance

PARIS (Reuters) - Eurotunnel a saisi l'Autorité de la concurrence afin de s'assurer du respect de l'équité sur le marché transmanche dans le cadre du projet de reprise de la compagnie de ferries SeaFrance, a déclaré mercredi l'opérateur du tunnel sous la Manche, confirmant une information du Figaro.

Le tribunal de commerce de Paris doit se prononcer le 16 novembre sur le projet de reprise de SeaFrance par Louis Dreyfus Armateurs, via sa filiale LD Lines, associé au groupe de ferries danois DFDS, rappelle le quotidien.

Dans une lettre du 26 octobre, que Le Figaro dit avoir consultée, Eurotunnel estime que l'intégration des lignes de SeaFrance dans la future société par le biais des fonds publics qui lui seraient alors fournis, lui donnerait un avantage concurrentiel tout à fait anormal et inacceptable.

"Eurotunnel confirme que cette lettre a été envoyée", a indiqué à Reuters une porte-parole du groupe.

"Il ne s'agit pas d'une lettre contre un armateur en particulier, LD Lines, DFDS ou SeaFrance, mais Eurotunnel veut être sûr que l'Autorité de la concurrence va veiller à ce que le marché transmanche soit sain et loyal, sans distorsion de la concurrence", a-t-elle ajouté.

Le groupe avait exprimé manifesté son inquiétude cet été dans la perspective d'une recapitalisation de la compagnie maritime, en cours d'examen par la Commission européenne et qui pourrait renforcer l'un de ses principaux concurrents.

"On peut s'étonner que l'offre initiale (de reprise, NDLR) de LD Lines et DFDS à trois euros, un euro par bateau, ne valorise pas le facteur humain. On peut s'interroger sur le fait que LD Lines demande de nouvelles subventions publiques", a dit la porte-parole d'Eurotunnel.

Selon une source proche du dossier, LD Lines pourrait obtenir une subvention publique de 300 millions d'euros dans le cadre de son projet de reprise de SeaFrance.

Fin octobre, la Commission européenne a rejeté le plan de restructuration de SeaFrance, filiale de la SNCF, jugeant qu'il enfreint les règles européennes de la concurrence car la société n'a pas suffisamment contribué à ce programme.

Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Marc Angrand

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...