Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Paris hostile à un traitement de faveur de l'UE envers la City

Europe : Paris hostile à un traitement de faveur de l'UE envers la City

Europe : Paris hostile à un traitement de faveur de l'UE envers la CityEurope : Paris hostile à un traitement de faveur de l'UE envers la City

PARIS (Reuters) - La France ne veut pas que l'Union européenne concède un traitement de faveur à la place financière de Londres en l'exonérant de certaines obligations pour prévenir une sortie du Royaume-Uni du bloc communautaire, a déclaré mercredi le ministre des Finances, Michel Sapin.

"Il peut y avoir quelques propositions, quelques ambiguïtés dans les textes qui laisseraient penser qu'il pourrait y avoir une différence de traitement entre Londres et les autres (places)", a-t-il dit lors d'une audition à l'Assemblée nationale.

"Ce n'est pas possible. Il doit y avoir les traitements les plus identiques possibles", a-t-il ajouté.

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, "a fait des propositions, elles sont sur la table. La préoccupation de la France n'est pas de s'y opposer, ni d'y faire obstacle (...) mais de clarifier chacun des points qui paraissent ambigus", a ajouté le ministre français.

"Nous devons être préoccupés par l'unicité de notre marché, tout particulièrement du marché financier", a-t-il encore dit.

Les banques françaises ont exprimé mercredi leur préoccupation à propos du projet d'accord présenté par Donald Tusk pour éviter un "Brexit", estimant qu'il présentait des risques de distorsion de concurrence et pouvait porter atteinte à l'intégrité et la sécurité du marché financier européen.

Dans un courrier à François Hollande et dont Reuters a pris connaissance, le président de la Fédération bancaire française (FBF), Frédéric Oudéa, écrit que ce projet "soulève des problèmes majeurs de principe concernant l'intégrité du marché intérieur, la stabilité financière de l'Union européenne et de la zone euro, et l'égalité de concurrence entre acteurs financiers."

Les propositions de Donald Tusk doivent être discutées lors du Conseil européen des 18 et 19 février.

(Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

Copyright © 2016 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI