Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Europe : Paris et madrid mécontents des aides prévues face à l'e. coli

Europe : Paris et madrid mécontents des aides prévues face à l'e. coli

Europe : paris et madrid mécontents des aides prévues face à l'e. coliEurope : paris et madrid mécontents des aides prévues face à l'e. coli

LUXEMBOURG (Reuters) - La France et l'Espagne ont jugé insuffisante mardi la proposition de Bruxelles de créer un fonds de compensation de 150 millions d'euros pour les producteurs de légumes affectés par la crise de l'E.coli.

La Commission européenne a avancé ce chiffre, assorti d'une compensation à 30% de la valeur réelle des pertes subies depuis le déclenchement de l'épidémie début mai en Allemagne, avant que ne s'ouvre à Luxembourg une réunion extraordinaire des ministres européens de l'Agriculture.

Ces fonds serviraient à dédommager des producteurs de tomates, laitues et concombres. Ceux qui sont membres d'organisations de producteurs ont déjà droit à une compensation d'environ 30% sur les pertes, à laquelle s'ajouteraient les versements européens. Ceux qui ne sont membres d'aucune organisation se satisferaient des aides communautaires.

Selon la Fédération européenne des produits frais Freshfel Europe, le manque à gagner hebdomadaire est de l'ordre de 80 millions d'euros aux Pays-Bas, 20 millions en Allemagne, quatre millions en Belgique et trois millions au Portugal, sans parler des 200 millions d'euros estimés par les agriculteurs espagnols.

La ministre espagnole Rosa Aguilar a immédiatement réagi à la proposition du commissaire européen à l'Agriculture Dacian Ciolos en estimant qu'elle était insuffisante.

"Ce n'est pas suffisant pour l'Espagne, a-t-elle déclaré. Ce que nous voulons c'est qu'il y ait une réponse pour tous les producteurs, qu'ils soient ou non membres des organisations de producteurs et à 100% de la valeur réelle de marché des pertes."

Le ministre français, Bruno Le Maire, a lui aussi exigé une compensation des producteurs "à l'euro près".

"Je réclame une indemnisation à l'euro près des producteurs français touchés par la crise, pas 30%", a-t-il insisté, même s'il a jugé que l'existence d'une proposition financière concrète était une première bonne nouvelle.

Comme son homologue espagnole, il a refusé de mettre un chiffre sur les pertes subies par les producteurs français et a appelé à une solution européenne.

Les deux pays ont aussi demandé à ce que l'on tire les leçons de la crise en réformant le système d'alerte sanitaire rapide afin de renforcer la traçabilité, accroître les contrôles aux frontières et développer un mécanisme de réciprocité.

Julien Toyer, édité par Jean-Stéphane Brosse

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...