Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Paris et les bourses européennes ouvrent en forte baisse

Europe : Paris et les bourses européennes ouvrent en forte baisse

Europe : paris et les bourses européennes ouvrent en forte baisseEurope : paris et les bourses européennes ouvrent en forte baisse

PARIS (Reuters) - Les marchés européens ont ouvert en repli, plombés notamment par les valeurs minières après une intervention du Japon sur le marché des changes visant à contrer l'envolée du yen, qui a eu pour effet de raffermir le dollar.

A 9h25, le CAC 40 perdait 1,47% à 3.299,52 points. L'EuroStoxx 50 cédait 1,11%, alors que Francfort reculait de 0,94%, Londres de 0,89% et Milan de 1,21%.

"La séance s'annonce très technique en cette fin de mois avec des investisseurs qui attendent davantage de précisions sur le plan qui a été présenté jeudi dernier à l'issue du sommet européen", ajoute Saxo Banque.

Les marchés ACTIONS abandonnent une partie des gains importants réalisés la semaine dernière.

Les valeurs minières accusent le coup après la baisse brutale des cours des métaux, libellés en dollars. L'indice sectoriel européen des matières premières recule de 1,74% et BHP Billiton cède plus de 3%.

GDF SUEZ perd 4,37% après l'accord conclu dimanche entre les partis politiques belges pour faire sortir la Belgique du nucléaire.

Sur le marché des CHANGES, le dollar a bondi de plus de 4% à 79,55 yens, en réaction à l'intervention japonaise, après un plus bas record à 75,31 yens touché tôt dans la journée de lundi. Le dollar s'échange actuellement autour de 78 yens.

Le dollar est également fort face à la monnaie unique. L'euro recule autour de 1,4022 dollar, s'éloignant de son pic de deux mois à 1,4248 atteint jeudi.

Sur le marché OBLIGATAIRE, le rendement de la dette italienne à dix ans grimpe à 6,1%, son plus haut niveau depuis le mois d'août. Son écart avec le rendement des Bunds se creuse de 13 points de base à 395 points de base. Une adjudication vendredi avait vu Rome emprunter à dix ans à des taux supérieurs à 6%, signe que l'accord de Bruxelles sur la crise de la dette n'a pas dissipé toutes les inquiétudes.

Natalie Huet pour le service français, avec Juliette Rouillon

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI