Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Europe : Nette baisse des Bourses européennes à la mi-séance

Europe : Nette baisse des Bourses européennes à la mi-séance

Europe : Nette baisse des Bourses européennes à la mi-séanceEurope : Nette baisse des Bourses européennes à la mi-séance

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes sont orientées en nette baisse jeudi à mi-séance, après un début de session hésitant, plombées notamment par des annoncées jugées décevantes de Deutsche Bank, de Saint-Gobain et de Barclays, ainsi que par une chute des valeurs minières.

Les actions en Europe n'ont finalement pas suivi la tendance haussière de Wall Street la veille, où les déclarations de la Réserve fédérale américaine ouvrant explicitement la porte à une hausse des taux en décembre ont été reçues comme une marque d'optimisme à propos de l'économie américaine.

À Paris, l'indice CAC 40 perdait 0,97% à 4.843,00 points à 12h55. À Francfort, le Dax cédait 0,6% et à Londres, le FTSE 1,2%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 recule de 0,88% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,58%. Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en repli de 0,46% à 0,62%, après avoir pris plus de 1% mercredi.

La baisse des ressources de base (-3,1%), dans le sillage des cours des métaux affectés par la hausse du dollar du fait du renforcement des anticipations de hausse de taux de la Fed en décembre, a pesé sur la tendance.

Aux valeurs, Saint-Gobain perd 5,8%, plus net repli du CAC 40, après son avertissement. Tout de suite après arrive Sanofi, qui perd 4% après avoir annoncé que les ventes de sa division diabète baisseraient de 4 à 8% par an entre 2015 et 2018.

Deutsche Bank chute de 6,7% après une première réaction à la hausse, l'annonce de la suppression d'emplois et des dividendes 2015 et 2016 n'ayant, semble-t-il, pas suffi à rassurer les investisseurs.

Au bancaires, Barclays recule nettement aussi, de 5,4%, après avoir annoncé qu'elle dépenserait un milliard de livres (1,4 milliard d'euros) pour isoler ses activités de banque de détail de ses activités plus risquées, ce qui l'oblige à revoir en hausse ses prévisions de dépenses pour l'an prochain et à réduire son objectif de rentabilité.

Telecom Italia prend 5,1% après l'annonce que l'homme d'affaires français Xavier Niel a pris une participation dans son capital. Le fondateur d'Iliad détient 6% d'actions ordinaires de l'opérateur et potentiellement 5% supplémentaires via des contrats dérivés, selon une source au fait du dossier.

(Atul Prakash et Danilo Masoni, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...