Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Moody's craint une pression trop forte sur les banques en europe

Europe : Moody's craint une pression trop forte sur les banques en europe

Europe : moody's craint une pression trop forte sur les banques en europeEurope : moody's craint une pression trop forte sur les banques en europe

ROME (Reuters) - Les exigences de l'Autorité bancaire européenne (ABE) en matière de renforcement des fonds propres d'ici la mi-2012 accroîtront les risques pour les banques de la région et pèseront sur leurs bilans, a averti mardi un haut responsable de l'agence Moody's.

"Si cette demande est parfaitement compréhensible, peut-être inévitable étant donné la réponse du marché à la crise -qui se serait produite même en l'absence d'un nouveau cadre réglementaire- elle impose une pression supplémentaire sur le bilan des banques, ce qui crée du risque", a déclaré Alain Laurin, vice-président de la politique de crédit de Moody's, lors d'une intervention devant la chambre basse du parlement italien.

Pour se conformer aux exigences de l'ABE, les banques commerciales européennes devront afficher un ratio de fonds propres "durs" d'au moins 9% de leurs actifs risqués, soit plus que le minimum de 7% qui sera requis progressivement à compter de 2013 par les règles prudentielles mondiales dites Bâle III.

L'ABE estime que les banques européennes ont besoin de près de 115 milliards d'euros de capitaux supplémentaires pour se conformer à cette nouvelle norme.

Le responsable de Moody's a également jugé que la mise en oeuvre des règles de Bâle III risquait de freiner la croissance et d'exacerber la contraction du crédit en contraignant les banques à moins prêter.

Un tarissement du crédit accroîtrait le risque de faillites d'entreprises et de ménages, ce qui en retour affaiblirait encore davantage les bilans des banques, a noté Alain Laurin.

"Nous percevons Bâle III comme une mesure positive, mais qui entraîne un risque inévitable durant la période de transition et se trouve confrontée à des limites sévères quant à sa capacité à améliorer la solvabilité, et donc les notes, du système bancaire européen", a-t-il déclaré.

Steve Scherer; Natalie Huet pour le service français, édité par Danielle Rouquié

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI