Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Les marchés européens clôturent en baisse avec le japon

Europe : Les marchés européens clôturent en baisse avec le japon

Europe : les marchés européens clôturent en baisse avec le japonEurope : les marchés européens clôturent en baisse avec le japon

PARIS (Reuters) - La Bourse de Paris, comme le reste des marchés européens, a terminé en baisse lundi, dans un volume étoffé, plusieurs secteurs ayant été affectés par l'impact potentiel du séisme au Japon.

Toutefois, la hausse des valeurs bancaires, soutenues par l'accord intervenu au sein de la zone euro sur la pérennisation et l'extension du mécanisme de stabilité financière, a limité les pertes.

Le CAC 40 a clôturé en baisse de 1,29% à 3.878,04 points, son plus bas niveau de clôture depuis le 11 janvier, dans un volume étoffé de 5,25 milliards d'euros. Après avoir enfoncé des supports-clé de 3.980 et 3.950 points la semaine dernière, l'indice est passé sous la barre psychologique des 3.900 points.

"Le tremblement de terre s'inscrit dans une actualité géopolitique déjà inquiétante. (...) Les marchés, plutôt bien partis en début d'année, ont été cassés dans leur élan par ce qui se passe au Moyen-Orient et une catastrophe comme celle du Japon ne laisse pas insensible", commente Eric Turjeman, responsable des expertises actions chez Amundi.

Les marchés d'actions européens ont fini à leur plus bas de plus de trois mois, l'EuroFirst 300 perdant 1,17% pour revenir à 1.109,38 points, son niveau le plus faible depuis début décembre. L'indice Dax de Francfort a cédé 1,65% à 6.866,63 points et le Footsie a perdu 0,92% à 5.775,24 points à Londres. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 a perdu 1,1%.

A Paris, Renault (-6,32% à 38,175 euros) a accusé la plus forte baisse du CAC 40, dans le sillage de la chute de 9,52% de l'action de son partenaire japonais Nissan Motors.

Renault a par ailleurs présenté ses excuses aux trois cadres de l'entreprise qu'il a accusés à tort d'espionnage.

L'ensemble du secteur automobile en Europe a été affecté par le séisme, qui a entraîné la suspension de la production dans plusieurs usines nippones.

Dans un climat de défiance accrue vis-à-vis de l'énergie nucléaire, EDF a essuyé la deuxième plus forte baisse du CAC 40, avec une perte de 5,28% à 28,96 euros.

Troisième marché du luxe dans le monde, le Japon a également lourdement pesé sur les valeurs du secteur. LVMH a perdu 3,09% à 106,60 euros et PPR 2,49% à 105,80.

Juliette Rouillon, avec Alexandre Boksenaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI