Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Les bourses européennes rechutent après quatre séances de hausse

Europe : Les bourses européennes rechutent après quatre séances de hausse

Europe : les bourses européennes rechutent après quatre séances de hausseEurope : les bourses européennes rechutent après quatre séances de hausse

par Alexandre Boksenbaum-Granier et Juliette Rouillon

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont fini vendredi en forte baisse, mettant ainsi fin pour la plupart à quatre séances de hausse d'affilée après l'annonce d'un coup d'arrêt dans les créations d'emplois aux Etats-Unis en août.

L'indice CAC 40 a chuté de 3,59% à 3.148,53 points. L'indice phare de la place parisienne, qui a réussi cependant à se maintenir au-dessus d'un support technique important à 3.136 points, parvient à afficher un gain de 1,97% sur la semaine.

Les autres grandes places européennes ont également trébuché, Londres et Milan abandonnant respectivement 2,34% et 3,89%. Francfort, qui avait déjà perdu du terrain la veille, a cédé 3,36%.

Sur la semaine, la place londonienne a avancé de 3,16% tandis que son homologue allemande est restée stable (+0,02%).

"On craint un 'double dip' (une rechute), plusieurs indicateurs ayant tourné à l'orange voire au rouge. C'est un peu 'take the cash and run' sur le marché", commente Fabrice Cousté, directeur général de CMC Markets France, soulignant la sortie très rapide des investisseurs des actions vers des valeurs refuges.

Le franc suisse reprend ainsi du terrain sur la monnaie unique européenne à moins de 1,12 franc pour un euro (1,1174 franc à 18h13), contre plus de 1,13 franc la veille. De même, l'or progresse de 2,82% à 1.875,96 dollars l'once.

CRISE SYSTÉMIQUE

Autre illustration du regain d'aversion au risque des investisseurs, le rendement de l'emprunt d'Etat allemand (Bund) à 10 ans est tombé en dessous de 2% dans le sillage de la publication des chiffres américains de l'emploi.

"On va se tourner vers la Fed et sa réunion exceptionnelle de deux jours. Mais la Fed est à bout de souffle et manque de munitions. On ne devrait pas avoir de QE3, mais probablement quelque chose de plus technique", estime Fabrice Cousté.

Ce dernier prévient qu'en attendant, les marchés devraient encore vivre des temps difficiles même si des opportunités d'investissement devraient se présenter sur des titres de groupes en mesure d'augmenter fortement leur prix ou avec des capacités d'innovations importantes.

Vendredi, les craintes de rechute en récession des pays développés ont plus particulièrement pesé sur les valeurs cycliques et les financières.

Du côté des banques, Alpha Bank a ainsi lâché 9,26%, Barclays 8,4% et Crédit agricole 7,38%. Sur le secteur automobile, PSA a chuté de 5,99%, Volkswagen de 5,17% et Fiat de 4,98%.

"Le marché valorise déjà un scénario de rechute en récession. Seul une crise systémique comme en 2008 n'est pas encore 'pricée'", explique Benoît Peloille, stratège actions chez Natixis.

"Or, les banques centrales ont justement remis en place les mesures d'urgence qui avaient permis de sortir du blocage du marché interbancaire consécutif à la faillite de Lehman Brothers", ajoute-t-il.

Edité par Gilles Guillaume

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI