Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Europe : Les Bourses européennes quasi-stables à la mi-séance

Europe : Les Bourses européennes quasi-stables à la mi-séance

Europe : Les Bourses européennes quasi-stables à la mi-séanceEurope : Les Bourses européennes quasi-stables à la mi-séance

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes sont stables ou en légère baisse mercredi à mi-séance, et Wall Street devrait rester faible, au lendemain de nouvelles déclarations de responsables de la Réserve fédérale prédisant que la banque centrale américaine commencera bientôt à dénouer son programme de soutien à l'économie.

Charles Evans notamment, président de la Fed de Chicago, connu pour ses positions en faveur d'une politique monétaire souple, a évoqué une baisse du rythme des rachats d'actifs plus tard dans l'année, voire dès le mois prochain en fonction les indicateurs macro-économiques.

À Paris, l'indice CAC 40 est stable (+0,01% à 4.032,58 points) vers 11h10 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,44% et à Londres, le FTSE recule de 0,83%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 cède 0,04%.

Les futures sur indices signalent une ouverture de Wall Street en baisse de l'ordre de 0,6% pour le Dow Jones et le S&P, avec un Nasdaq inchangé.

En Europe côté valeurs, une nouvelle salve de résultats, notamment d'ING, de Natixis et de Beiersdorf ont animé la matinée.

ING gagne près de 5% après avoir réalisé une bonne performance dans la banque, tandis que Natixis perd 4,8%, victime de prises de bénéfices après ses résultats et que Beiersdorf cède plus de 3% après avoir fait preuve de prudence au sujet de ses marges.

Sur le marché des changes, le dollar est tombé à son plus bas niveau en un mois et demi face au yen sur des anticipations d'un retour des investisseurs nippons sur le yen avant la fête de Obon, qui paralyse l'activité du 13 au 15 août. Il se traite autour de 97,15 yens, après être brièvement passé sous les 97. Le yuan a de son côté terminé à un record absolu à 6,1192 pour un dollar.

En revanche, la devise américaine est ferme face à la plupart des autres devises à la suite des déclarations de Charles Evans de la Fed de Chicago.

La livre est remontée après avoir brièvement chuté contre l'euro et le dollar à la suite de l'annonce par la banque d'Angleterre de son intention de ne pas relever ses taux tant que le chômage en sera pas revenu à 7%, adoptant à son tour le principe des "indications sur l'orientation future".

Sur le front du pétrole, le baril de Brent glisse vers les 107,50 dollars, accusant une perte pour la quatrième séance d'affilée, en raison de la levée des tensions en Iran. Par ailleurs, les investisseurs jouent la prudence avant des statistiques américaines et chinoises dans la semaine. Les exportations, la production industrielle et les ventes de détail en Chine et les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis devraient en effet donner de nouvelles indications sur la demande des deux principaux consommateurs de pétrole dans le monde.

Juliette Rouillon pour le service français

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...