Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé

Europe : Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé

Europe : Les Bourses européennes ont terminé en ordre disperséEurope : Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé jeudi, ayant étroitement fluctué à la veille de la pause pascale, mais la Grèce reste un élément de préoccupation constant dans l'esprit des investisseurs d'autant qu'une certaine confusion paraissait régner sur sa situation financière.

Wall Street et la Bourse de Hong Kong seront fermées pour le Vendredi saint, ainsi que plusieurs marchés européens -- Euronext, Allemagne et Royaume-Uni -- qui ne rouvriront que mardi après le long week-end de Pâques.

Les volumes ont été minces, les places d'Oslo, Copenhague et de Stockholm ayant déjà baissé le rideau.

Au moment de la clôture des places européennes, Wall Street était en hausse, tirant parti d'une bonne statistique des inscriptions au chômage, qui augure bien de celle de l'emploi de mars qui paraîtra demain.

"On hésite à tirer le marché vers le haut aujourd'hui, à cause de la statistique de l'emploi US demain", a observé Vincent Ganne, analyste de marché de FXCM. "Pour autant, la tendance des actions européennes reste solide, les clients appelant les 'trading floors' pour racheter à chaque fois qu'il y a un recul".

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 11,92 points (0,24%) à 5.074,14 points. Le Footsie britannique a gagné 0,35% et le Dax allemand a cédé 0,28%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 finit étale et que le FTSEurofirst 300 lâche 0,31%.

Le CAC 40 a gagné 0,8% au cours de cette semaine réduite à quatre séances.

Selon plusieurs responsables de la zone euro, la Grèce a annoncé à ses créanciers qu'elle serait à court de liquidités le 9 avril et elle leur a demandé de lui accorder de nouveaux financements sans attendre un accord sur ses réformes, requête qui a été rejetée, des informations qu'Athènes a démenties "catégoriquement".

Athènes avait la veille également démenti avoir l'intention de reporter le remboursement d'un prêt au Fonds monétaire international (FMI) arrivant précisément à échéance le 9 avril.

"Malgré le démenti, les investisseurs s'inquiètent à nouveau de la Grèce", a dit Alexandre Baradez, responsable de l'analyse de marchés chez IG France, au sujet du premier démenti. "Les dirigeants européens perdent patience et on ne peut pas exclure un accès d'aversion au risque dans les semaines à venir."

Aux valeurs, Marks & Spencer s'adjuge 4,4% et signe la plus forte hausse de l'indice FTSEuroFirst 300, après avoir réalisé au cours des trois premiers mois de 2015 ses meilleures ventes, hors alimentation, en près de quatre ans.

Vivendi perd 1,15%, deuxième recul du CAC et troisième perte de l'EuroStoxx 50, alors que le fonds américain Psam a déclaré qu'il n'avait pas l'intention de démanteler le groupe de médias et qu'il ne travaillait pas de concert avec des actionnaires étrangers pour en prendre le contrôle.

(Avec Francesco Canepa et Blaise Robinson, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI