Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Europe : Les bourses européennes en hausse, rassurée sur la grèce

Europe : Les bourses européennes en hausse, rassurée sur la grèce

Europe : les bourses européennes en hausse, rassurée sur la grèceEurope : les bourses européennes en hausse, rassurée sur la grèce

par Alexandre Boksenbaum-Granier

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont ouvert en hausse, entamant ainsi leur troisième séance de gains d'affilée dans le sillage de l'Asie et de Wall Street, l'unité affichée la veille par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy ayant partiellement rassuré les investisseurs sur l'imminence d'un défaut de la Grèce.

Les investisseurs restent néanmoins préoccupés par le cas grecque et une possible contagion de la crise de la dette à d'autres membres de la zone euro, des traders jugeant simplement technique la phase actuelle de rebond.

Vers 9h45, l'indice CAC 40 avance de 1,16% à 2.983,49 points, repassant au-dessus d'une résistance technique importante à près de 2.950 points, ce qui pourrait conduire l'indice phare de la place parisienne vers sa prochaine résistance située à près de 3.920 points, selon des analystes techniques.

Parmi les autres grandes places européennes, Londres gagne 1,36%, Francfort 2,13% et Milan 0,89%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 progresse de 1,41%.

"Les analystes reconnaissent que le réel problème du pays (la Grèce, NDLR) tient dans son manque de compétitivité au sein de la zone (...) Malgré le soutien des pays membres, la sortie de la Grèce de la zone euro pourrait donc être vue comme une solution, surtout si la population locale ne parvient plus à supporter la rigueur budgétaire', commente Saxo Banque.

LA SITUATION RESTE NERVEUSE

Le regain d'optimisme, même relatif, du marché bénéficie aux valeurs cycliques, le secteur de l'automobile gagnant 2,31%, plus forte hausse sectorielle, et celui de la construction 1,74%.

Dans une note, Saxo Banque estime cependant que la situation reste nerveuse alors que la chancelière allemande et le président français n'ont rien dit à propos des euro-obligations ou de la consolidation du secteur bancaire européen.

La situation de la Grèce continue d'ailleurs de peser sur les valeurs bancaires européennes en hausse de seulement 0,29%, avec notamment un repli de 1,06% de la Société générale, plus forte baisse du CAC 40, et une chute de 4,67% d'UBS, cette dernière souffrant de la révélation d'une perte estimée à deux milliards de dollars (1,46 milliard d'euros) liée à des opérations réalisées par un trader.

Illustration de la tension des investisseurs, le rendement de l'emprunt d'Etat allemand (Bund) à 10 ans restent stable autour de 1,87% et celui de la dette grecque de même maturité continue de se négocier à plus de 25%. De même, l'euro reste stable face au billet vert, à 1,3755 dollar (+0,08%).

Sur le marché obligataire, les investisseurs attendent une adjudication de dette espagnole, pour laquelle Madrid espère lever entre 3 et 4 milliards d'euros de titres arrivant à maturité en 2019 en 2020, dont les acteurs du marché attendent un rendement autour de 5%, proche de ceux actuellement observés sur le marché secondaire.

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...