Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Les banques françaises mettront 15 milliards dans le plan grec

Europe : Les banques françaises mettront 15 milliards dans le plan grec

Europe : les banques françaises mettront 15 milliards dans le plan grecEurope : les banques françaises mettront 15 milliards dans le plan grec

PARIS (Reuters) - Les banques et les assureurs français proposeront de participer au nouveau plan européen de soutien à la Grèce à hauteur d'environ 15 milliards d'euros, a annoncé jeudi le ministre de l'Economie.

François Baroin s'exprimait à l'issue d'une réunion avec les dirigeants des principales banques et compagnies d'assurances françaises pour évoquer la participation du secteur privé au dispositif en faveur de la Grèce.

"Les entreprises présentes ont confirmé qu'elles proposeront toutes à leurs instances de gouvernance de participer au plan de soutien à la Grèce selon les modalités annoncées le 21 juillet, à hauteur de la totalité de leurs expositions à la Grèce arrivant à maturité d'ici 2020, soit environ 15 milliards d'euros", déclare le ministre dans un communiqué.

Les dirigeants de la zone euro se sont mis d'accord le 21 juillet sur un deuxième plan d'aide à la Grèce d'un montant total de 109 milliards d'euros.

Le secteur privé, détenteur d'obligations souveraines grecques, sera mis à contribution à hauteur de 37 milliards d'euros. L'accord prévoit que les banques et assureurs européens subiront une décote de 21% sur la dette grecque qu'ils détiennent.

"La seule chose qui va être décotée ce sera le banking book (portefeuille bancaire, NDLR)", fait remarquer un analyste financier basé à Paris.

Interrogés sur la réunion à Bercy, ni BNP Paribas, la banque étrangère la plus exposée à la dette souveraine grecque, ni la Fédération bancaire française n'ont souhaité faire de commentaire.

Le ministère de l'Economie s'est félicité de cette décision des groupes français qui "confirme la détermination du secteur financier français à participer pleinement à la mobilisation visant à garantir la stabilité financière de la zone euro."

Les banques françaises s'étaient déjà engagées le 5 mai 2010 à soutenir le premier programme de financement de la Grèce, en maintenant leurs expositions sur l'économie et l'État grecs durant la durée du programme, rappelle Bercy.

D'après les données de la Banque des règlements internationaux, le secteur bancaire français est exposé à hauteur de 15 milliards d'euros à la dette publique de la Grèce.

Les résultats des tests de résistance bancaires menés par l'Autorité bancaire française ont montré que les quatre grandes banques françaises avaient une exposition cumulée de 9,55 milliards d'euros à la dette souveraine grecque, dont 4,99 milliards pour BNP Paribas, 2,65 milliards pour la Société générale, 1,26 milliard pour BPCE (Banque populaire - Caisse d'épargne) et 655 millions pour le Crédit agricole.

A la Bourse de Paris, les valeurs bancaires françaises sont en légère progression. Vers 16h35, BNP Paribas progresse de 0,89% à 46,25 euros tandis que Société générale et Crédit agricole avancent de respectivement 0,63% et 0,83%.

L'indice sectoriel des banques européennes est en hausse de 0,68% au même moment.

Gérard Bon et Matthieu Protard, édité par Danielle Rouquié

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI