Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Europe : La croissance reste faible dans l'industrie en Europe

Europe : La croissance reste faible dans l'industrie en Europe

Europe : La croissance reste faible dans l'industrie en EuropeEurope : La croissance reste faible dans l'industrie en Europe

(Reuters) - Principaux résultats, définitifs pour certains, des enquêtes Markit auprès des directeurs d'achat du secteur manufacturier en Europe publiés mercredi.

LA CROISSANCE RESTE FAIBLE DANS L'INDUSTRIE EN ZONE EURO

La croissance de l'activité manufacturière dans la zone euro est restée faible le mois dernier, montrent les résultats définitifs des enquêtes mensuelles Markit auprès des directeurs d'achats, qui confirment que la croissance soutenue du premier trimestre a peiné à se poursuivre au deuxième.

L'indice PMI est revenu à son plus bas niveau en trois mois à 51,5 après 51,7 en avril. Le résultat final est inchangé par rapport à l'estimation "flash" publiée le 23 avril.

"L'activité manufacturière dans la zone euro est restée coincée dans une situation de quasi-stagnation en mai, incapable de s'extraire de la phase de croissance faible qui pénalise les industriels depuis février", commente Chris Williamson, chef économiste de Markit.

"La performance décevante du secteur manufacturier constitue un indice supplémentaire de ralentissement de la croissance économique de la zone euro au deuxième trimestre après un début d'année étonnamment dynamique au vu de la dernière estimation du PIB."

Le produit intérieur brut de la zone euro a progressé de 0,5% sur janvier-mars selon les chiffres publiés par Eurostat mais sa croissance devrait revenir à 0,3% au deuxième trimestre selon une enquête réalisée par Reuters en mai.

Les détails de l'enquête Markit montre que le sous-indice de la production est revenu en mai de 52,6 à 52,4 et que les entreprises ont continué de réduire leurs prix, même si l'indice concernant ceux-ci a progressé de 47,4 à 48,8.

CROISSANCE MANUFACTURIÈRE À UN PLUS HAUT DE QUATRE MOIS EN ALLEMAGNE

La croissance de l'activité du secteur manufacturier allemand s'est accélérée en mai pour atteindre son plus haut niveau en quatre mois, montrent les résultats définitifs des enquêtes mensuelles de Markit auprès des directeurs d'achats publiés mercredi.

L'indice PMI manufacturier a atteint 52,1, son plus haut niveau depuis le mois de janvier, contre 51,8 en avril. Il se maintient ainsi nettement au-dessus du seuil de 50 séparant la contraction de la croissance mais il est toutefois légèrement inférieur à une première estimation à 52,4.

La production et la création d'emplois sont en augmentation même si la progression de l'ensemble du secteur, qui contribue pour autour de 20% au produit intérieur brut de la première économie d'Europe, a été freinée par la faiblesse de la demande extérieure, souligne Oliver Kolodseike, économiste de Markit.

L'ACTIVITÉ RALENTIT ENCORE EN FRANCE

L'activité s'est à nouveau contractée dans le secteur manufacturier français en mai, quoiqu'à un rythme moindre que le mois précédent, en raison de la poursuite du recul des nouvelles commandes, selon la version définitive de l'indice Markit publiée mercredi.

L'indice global du secteur s'est établi à 48,4 le mois dernier, un niveau légèrement supérieur au chiffre de 48,3 de la première estimation "flash", contre 48,0 en avril.

Il se maintient ainsi pour le troisième mois consécutif sous le seuil de 50.

La composante production de l'indice est retombée à 48,1, un plus bas depuis avril 2015.

Les nouvelles commandes ont connu un cinquième mois consécutif de recul, y compris à l'export.

En conséquence, l'emploi manufacturier a connu son troisième mois de recul d'affilée, le taux de contraction, bien que modéré, se redressant à un plus haut depuis novembre 2015.

LA CROISSANCE DE L'INDUSTRIE MARQUE LE PAS EN ITALIE

La croissance de l'activité du secteur manufacturier italien a ralenti en mai après avoir accéléré au cours des deux mois précédents, les commandes, la production et l'emploi perdant de leur dynamisme, montrent les résultats de l'enquête mensuelle Markit.

L'indice PMI Markit-ADACI a reculé à 52,4 contre 53,9 en avril, une baisse plus marquée qu'attendu puisque les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un chiffre de 53,0 et que leurs estimations s'échelonnaient de 52,5 à 53,5.

Le ralentissement est encore plus marqué pour les nouvelles commandes, dont le sous-indice revient de 54,9 à 52,5.

LA CROISSANCE DANS L'INDUSTRIE AU PLUS BAS DEPUIS OCTOBRE EN ESPAGNE

La croissance de l'activité du secteur manufacturier espagnol est tombée en mai à son rythme le plus bas depuis octobre avec le ralentissement des nouvelles commandes, montre l'enquête mensuelle de Markit.

L'indice PMI manufacturier a reculé à 51,8 après 53,5 en avril. Il reste toutefois pour le 30e mois consécutif au-dessus de la barre de 50.

"Le rythme de croissance des nouveaux contrats a ralenti pendant quatre mois consécutifs désormais, ce qui suggère que nous assistons à un ralentissement prolongé et non à un passage à vide temporaire", commente Andrew Harker, économiste de Markit.

Le sous-indice des nouvelles commandes est revenu à 50,8, son plus bas niveau depuis qu'il est repassé au-dessus de 50 en novembre 2013.

LE PMI MANUFACTURIER EN TRÈS LÉGÈRE HAUSSE AU PAYS-BAS

L'amélioration de la situation du secteur manufacturier néerlandais s'est poursuivie en mai, l'indice PMI se hissant de 52,6 à 52,7, selon l'enquête mensuelle NEVI-Markit.

Markit précise que la bonne tenue de la consommation des ménages s'est traduite par une légère accélération du rythme des nouvelles commandes.

Les nouvelles commandes à l'export ont elles aussi augmenté, mais à leur rythme le plus faible depuis trois mois.

(Bureaux européens de Reuters Yann Le Guernigou, Patrick Vignal et Marc Angrand pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Copyright © 2016 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...