Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Dublin réorganise ses banques qui ont besoin de 24 milliards

Marché : Dublin réorganise ses banques qui ont besoin de 24 milliards

tradingsat

par Padraic Halpin et Conor Humphries

DUBLIN (Reuters) - L'Irlande a annoncé jeudi une restructuration de son secteur bancaire en deux nouveaux établissements piliers et chiffré à 24 milliards d'euros les besoins supplémentaires en fonds propres du secteur, voulant montrer aux marchés que le pays a la situation en main.

De son côté, la Banque centrale européenne s'est portée à la rescousse des banques irlandaises en suspendant ses exigences en matières de garantie assortissant les prêts qu'elle leur accorde et en leur promettant qu'elles continueraient à avoir accès à des financements.

Mais, tout en atténuant ses exigences en matière de nantissement, la BCE n'a pas poursuivi son projet de lancer une nouvelle facilité de crédit qui fournirait des financements à moyen terme aux banques irlandaises et le cas échéant aux autres Etats de la zone euro.

S'adressant jeudi au Parlement, le ministre des Finances Michael Noonan a précisé qu'une première banque serait créée à partir de l'actuelle Bank of Ireland. La seconde sera issue de la fusion entre Allied Irish Banks et la société de crédit immobilier EBS.

Tous les établissements seront ou bien nationalisés ou bien détenus en majorité par l'Etat.

"Des injections de capitaux seront assurées pour créer un système bancaire avec deux banques universelles et multiservices qui en seront les piliers, ainsi qu'un Irish Life & Permanent restructuré", a déclaré Michael Noonan au Parlement.

Les 24 milliards d'euros de besoins en fonds propres des quatre banques qui ont subi les tests de résistance s'ajoutent les 46 milliards d'euros versés déjà par les contribuables dans le secteur, ce qui donne un total de 70 milliards d'euros.

"Le coût est immense", a reconnu le ministre des Finances, "mais cela vaut la peine d'en payer le prix pour obtenir un système bancaire qui fonctionne."

S&P POURRAIT BAISSER LA NOTE DE L'IRLANDE

Les tests de résistance, élaborés à partir d'un ratio core Tier 1 - principale mesure de solvabilité bancaire - d'au moins 6%, ont révélé qu'Allied Irish Banks avait besoin de 13,3 milliards d'euros, Bank of Ireland de 5,2 milliards, EBS de 1,5 milliard et le bancassureur Irish Life & Permanent de quatre milliards.

L'Etat irlandais peut consacrer 17,5 milliards d'euros à cette recapitalisation, a déclaré Michael Noonan au parlement. La BCE et la banque centrale irlandaise sont parties prenantes, a ajouté le ministre. La BCE fournira des financements à moyen terme, même s'il n'y a pas de facilité spécifique créée pour l'occasion, a-t-il souligné.

Il a précisé que le gouvernement veillerait à faire participer à l'effort certains créanciers obligataires des banques. Il compte obtenir entre cinq et six millions d'euros sur ce poste. Il a également évoqué des cessions d'actifs pour alléger le fardeau du contribuable.

Le plan de restructuration du système bancaire prévoit en effet que Bank of Ireland cède pour 30 milliards d'euros d'actifs d'ici 2013 et AIB et EBS ensemble 23 milliards d'euros.

"Nous solliciterons des contributions directes pour résoudre les problèmes de capital du système bancaire, des contributions significatives d'autres sources, notamment des détenteurs de dette subordonnée, ainsi que des cessions d'actifs pour générer du capital et, si possible, nous rechercherons des investisseurs du secteur privé", a précisé le ministre.

En l'absence d'une facilité de financement à moyen terme pour l'Irlande, l'Irlande risque de subir un déclassement de sa dette. Standard & Poor's a menacé de retirer au pays sa note A- une fois connu le plan de recapitalisation.

Avec Carmel Crimmins et Steve Slater, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Danielle Rouquié

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...