Bourse > Actualités > Points de marché > Devises : L'euro en baisse, taux de chômage record

Devises : L'euro en baisse, taux de chômage record

tradingsat

(CercleFinance.com) - Une érosion généralisée de la monnaie unique européenne était de mise au lendemain du 1er mai sur les marchés de changes. En cause : des indicateurs peu encourageants et notamment le chômage, qui en zone euro a atteint un record. Vers 13 heures 20, l'euro perdait ainsi 0,71% contre le billet vert à 1,3144 dollar l'euro, 0,50% contre le sterling britannique à 0,8120 et enfin 0,41% face au yen à 105,58.

Seule la parité euro/franc suisse restait stable à 1,2017 franc l'euro.

L'agenda statistique de la matinée comptait effectivement des indicateurs peu encourageants. Eurostat a fait état ce matin d'un taux de chômage ajusté des variations saisonnières de 10,9% dans la zone euro en mars, en hausse de 0,1 point sur un mois. Il s'agit d'un niveau jamais atteint depuis la création de l'union monétaire.

En outre, les cambistes ont aussi appris que l'indice PMI manufacturier de la zone euro s'était inscrit à 45,9 en avril, un plus bas de 34 mois et un niveau inférieur à sa dernière estimation flash de 46. 'Les mesures d'austérité mises en place dans les pays cherchant à réduire leur déficit budgétaire affectent de plus en plus le niveau de la demande dans l'ensemble de la région', explique Chris Williamson, chef économiste de l'institut Markit.

Le dollar est également soutenu par la hausse inattendue de l'indice ISM manufacturier américain de 1,4 point à 54,8 en avril, telle qu'annoncée hier. De même, la Chine a donné des signes encourageants avec un indice PMI (HSBC) des directeurs d'achat en hausse à 49,3 en avril, contre 48,3 le mois précédent.

'Au-delà de la nécessité de réduire les déficits publics pour créer un cadre favorable à la relance du secteur privé, la problématique est l'incapacité des banques centrales à relancer la croissance économique', estime un gérant de Barclays Bourse.

En la matière, le “pacte de croissance” évoqué pour la première fois la semaine dernière par le patron de la BCE, Mario Draghi, manque encore de dimension concrète.

'A long terme, nous pensons que le renforcement du dollar que nous attendons sera davantage porté par de maigres statistiques européennes que par de bons chiffres américains, sans oublier une baisse parallèle des actifs risqués européens', pronostique un cambiste basé en Europe du Nord.

Tout à l'heure, les marchés seront d'ailleurs attentifs jeudi à la réunion du conseil des gouverneurs de la BCE, qui se tiendra cette fois à Barcelone, puis à la conférence de presse qui suivra.

Cet après-midi, l'attention des investisseurs devrait se concentrer sur l'enquête du cabinet de services aux entreprises ADP, qui devrait montrer que le secteur privé américain a créé 170.000 emplois en avril, soit nettement moins que les 209.000 postes créés en mars.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI