Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Déficit de l'espagne plus important que prévu, impôts en hausse

Marché : Déficit de l'espagne plus important que prévu, impôts en hausse

Déficit de l'espagne plus important que prévu, impôts en hausseDéficit de l'espagne plus important que prévu, impôts en hausse

par Andrés González et Elisabeth O'Leary

MADRID (Reuters) - Le déficit public de l'Espagne sera cette année bien plus important que prévu, a fait savoir le gouvernement espagnol vendredi, tout en annonçant une hausse des impôts inattendue.

Le gouvernement de centre-droit issu des urnes en novembre dernier a précisé que le déficit représenterait 8% du PIB en 2011, alors que l'objectif officiel était de 6%.

Il a annoncé une première réduction des dépenses publiques de 8,9 milliards d'euros et une hausse des impôts censée rapporter dans les six milliards d'euros annuellement.

"Ce n'est que le début... Nous sommes confrontés à une situation exceptionnelle et inattendue, qui nous oblige à prendre des mesures exceptionnelles et inattendues", a dit la vice-Premier ministre Soraya Saenz de Santamaria.

Le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires Olli Rehn a déploré ce glissement et jugé qu'il était d'autant plus important que l'Espagne "reste résolue à corriger son déficit excessif d'ici 2013 comme prévu".

Il y a encore 10 jours, le Trésor affirmait que le déficit budgétaire était bien parti pour atteindre l'objectif de 4,8% du PIB, ce qui, de l'avis des analystes, porterait le déficit public à plus de 6% du PIB.

"C'est un choc de taille, je ne m'attendais pas à une telle hausse du déficit. Comment atteindre l'objectif en usant de l'impôt sur le revenu et de la taxation du capital? Cela veut dire que la récession empire encore plus", commente Robert Tornabell, économiste de l'université ESADE de Barcelone.

L'économie espagnole s'est contractée au quatrième trimestre et restera faible au premier trimestre 2012, a dit cette semaine le nouveau ministre de l'Economie, Luis de Guindos.

Le gouvernement espagnol compte présenter le budget 2012 définitif d'ici la fin mars.

Le précédent gouvernement, socialiste, avait diminué un déficit qui atteignait 11,2% du PIB en 2009. Le nouveau gouvernement doit en principe ramener le déficit à 4,4% du PIB en 2012 et à 3% en 2013.

Si le déficit de 2011 atteint 8%, le gouvernement devra économiser plus de 35 milliards d'euros en 2012 pour atteindre l'objectif fixé.

La crise de la dette de la zone euro et les craintes d'une récession dans l'ensemble de la zone euro ont plombé la quatrième économie de la région, l'exportation ayant été le seul moteur de sa croissance cette année.

La hausse des impôts annoncée vendredi visera les classes les plus aisées. Le gouvernement a également gelé les traitements des fonctionnaires mais il s'est également engagé à aider les plus pauvres en augmentant les retraites et en stabilisant les tarifs de l'électricité pour les petits consommateurs.

Madrid veut également s'attaquer au chômage, dont le taux est plus du double de la moyenne de l'Union européenne. Il discute avec le patronat et les syndicats pour dégager un projet de réforme dans les deux premières semaines de janvier.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marine Pennetier

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI