Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Craintes d'un tassement plus durable de la croissance française

Marché : Craintes d'un tassement plus durable de la croissance française

Craintes d'un tassement plus durable de la croissance françaiseCraintes d'un tassement plus durable de la croissance française

par Jean-Baptiste Vey

PARIS (Reuters) - La dégradation du climat des affaires et le ralentissement de la croissance de l'activité dans le secteur privé en juillet font craindre un tassement plus durable que prévu de la croissance économique de la France.

Les enquêtes mensuelles de l'Insee publiées vendredi montrent une dégradation de la conjoncture dans presque tous les secteurs du privé et des perspectives de ralentissement, au lendemain de la diffusion d'indices PMI également en net repli.

"L'ampleur et le caractère très général de la dégradation observée en juillet plaident pour une poursuite de ce mouvement dans les prochains mois", estime Frédérique Cerisier, économiste chez BNP Paribas, après la publication des enquêtes de l'Insee.

"Ils laissent craindre que le tassement de la croissance amorcé au deuxième trimestre 2011 se révèle plus durable et marqué qu'escompté."

Après une croissance vigoureuse de 0,9% au premier trimestre, l'économie française a ralenti et ne devrait croître que de 0,2% au deuxième trimestre selon l'Insee et la Banque de France. Pour le troisième trimestre, l'Insee prévoit +0,5%.

Commentant la décélération de la croissance de l'activité dans le secteur privé en juillet, Chris Williamson, chef économiste de Markit, qui publie l'enquête PMI auprès des directeurs d'achats, a dit à Reuters qu'"à la vue de ces chiffres, je m'attends à ne voir aucune croissance économique" au troisième trimestre.

"Si les PMI restent à ce niveau pour les deux prochains mois, août et septembre, il n'y aura probablement aucune croissance", a-t-il ajouté.

TROP TÔT POUR S'ALARMER?

Selon Michel Martinez, économiste chez Société Générale, les enquêtes de l'Insee confirment que le ralentissement de l'économie se poursuit en juillet. Mais, ajoute-t-il, "il est trop tôt pour penser à un ralentissement plus fondamental" de l'économie française.

Malgré le net ralentissement attendu pour le deuxième trimestre, "les perspectives restent encourageantes pour le troisième trimestre", estime-t-il.

La France n'est pas seule à connaître ce ralentissement, comme le montrent un indice IFO du climat des affaires en Allemagne à son plus bas niveau depuis neuf mois et les indices PMI de la zone euro qui signalent que la croissance dans le privé est à son rythme le plus faible depuis près de deux ans.

Joost Beaumont, économiste chez ABN Amro, souligne pour sa part que les chiffres publiés vendredi par l'Insee, après les PMI jeudi, reflètent probablement le tassement de la croissance mondiale.

"Même si ça peut être un signe que le 'trou d'air' va durer plus longtemps que prévu, nous prévoyons toujours que la croissance mondiale se reprendra plus tard cette année", une fois estompé l'impact de la hausse des cours du pétrole et du tremblement de terre et du tsunami au Japon, dit-il.

Edité par Yves Clarisse

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...