Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Cor-le recul des défaillances d'entreprises ralentit

Marché : Cor-le recul des défaillances d'entreprises ralentit

tradingsat

Correction: dans cette dépêche diffusée mercredi, bien lire au 5e paragraphe que Jean-Yves Bajon est directeur général de Coface Services.

PARIS (Reuters) - Les défaillances d'entreprises en France, toujours nettement supérieures à leur niveau d'avant la crise, devraient voir leur baisse ralentir au fil des mois sur fond de croissance modérée, a estimé mercredi le groupe d'assurance crédit Coface.

Cette tendance au ralentissement de la baisse est déjà notable pour les trois premiers mois de l'année: avec 17.194 redressements et liquidations judiciaires recensées, les défaillances affichent un repli de 4,3% par rapport à la même période de l'an dernier.

Or, sur les trois derniers mois de 2010, cette baisse, entamée en août, avait atteint 9% en rythme annuel.

Sur les 12 derniers mois, les défaillances, proches de 61.500, ont diminué de 10,1% pour les PME et de 17,6% pour les grandes entreprises, mais de 4,6% pour les TPE (moins de 20 salariés) qui représentent toujours autour de 95% des dossiers.

"La prévision d'une croissance modérée en 2011, estimée à 1,6% par la Coface, devrait confirmer le ralentissement de cette tendance baissière dans les mois qui viennent", a déclaré Jean-Yves Bajon, directeur général de Coface Services, filiale du groupe d'assurance crédit.

"Par ailleurs, les défaillances demeurent toujours supérieures de 22% aux niveaux d'avant crise."

Le coût global des défaillances, lui, a reculé de 15% en un an, à 3,8 milliards d'euros. Mais sur les trois premiers mois de l'année, son repli ne dépasse pas 7%, tombant néanmoins sous le seuil symbolique du milliard d'euros. Les passifs des entreprises défaillantes sont constitués en premier lieu de dettes fournisseurs (30%), puis de dettes bancaires (18%).

L'EMPLOI TOUJOURS TRÈS TOUCHÉ

L'évolution est moins encourageante pour l'emploi.

Les défaillances ne menaçaient, certes, que 19.105 postes en mars, soit 21% de moins qu'il y a un an. Mais sur les 12 derniers mois, le chiffre atteint 203.731 emplois et ne recule que de 11%.

"Sur le nombre de défaillances, on est environ à peu près 20% au-dessus des niveaux d'avant crise, c'est-à-dire de 2007, idem pour le coût des défaillances. Pour les emplois menacés, on est en revanche toujours à un niveau nettement supérieur à ce qu'il était avant la crise, d'environ 60%", a souligné Jean-Yves Bajon lors d'une conférence téléphonique.

Sept régions françaises sur 22 ont vu leurs défaillances augmenter sur l'année à fin mars, notamment les Haute et Basse Normandie (+2,6% et +2,9% respectivement), la Lorraine (+5,7%) et la Picardie (+5,5%). Une évolution que la Coface relie aux difficultés du secteur de la sous-traitance en France.

Du côté des créations d'entreprises, le dernier baromètre Coface confirme le ralentissement observé cette année, la baisse ayant atteint 11% en mars après -19% en janvier et -13% en février. Sur 12 mois, elle est de 5% à fin mars.

La Coface souligne l'essoufflement de l'engouement pour le statut d'auto-entrepreneur: la catégorie qui les inclut affiche une chute de 28% des créations au premier trimestre par rapport à la même période l'an dernier.

La société note aussi le dynamisme du secteur agricole (près de 6.000 créations sur le premier trimestre), qui bénéficie du plan d'aide à l'élevage lancé par le ministère de l'Agriculture.

Marc Angrand, édité par Gilles Trequesser

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI