Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Christine lagarde dit avoir le soutien de l'egypte au fmi

Marché : Christine lagarde dit avoir le soutien de l'egypte au fmi

Christine lagarde dit avoir le soutien de l'egypte au fmiChristine lagarde dit avoir le soutien de l'egypte au fmi

LE CAIRE (Reuters) - En visite au Caire, Christine Lagarde a déclaré dimanche bénéficier du soutien "très affirmé" de l'Egypte à sa candidature au poste de directeur général du Fonds monétaire international.

"J'ai l'honneur d'être présentée par Bahreïn et de bénéficier de l'appui d'autres pays (de la région) qui se sont exprimés", a déclaré la ministre française des Finances, qui effectue actuellement une tournée dans le monde pour défendre sa candidature.

Elle s'exprimait devant la presse après avoir rencontré les ministres égyptiens des Finances et des Affaires étrangères ainsi que le gouverneur de la banque centrale.

"Si je suis élue à la direction générale de cette institution, j'aurai à coeur de servir l'ensemble de ses Etats membres en prenant en compte la diversité de leur développement économique", a-t-elle dit.

"Je ne me considère pas comme la candidate de l'Europe mais j'espère être celle d'un large consensus émanant des membres de cette institution."

Interrogée aussi sur une possible restructuration de la dette grecque, elle a répondu: "L'objectif qui doit nous guider est la stabilité, et non quelque chose susceptible d'engendrer l'agitation et une forte volatilité".

Christine Lagarde bénéficie déjà du soutien de l'Union européenne et d'une poignée de "petits" pays comme la Géorgie et l'île Maurice. Paris espère que les Etats-Unis et la Chine finiront par se rallier derrière la candidature de la "patronne" de Bercy.

Dimanche, les Emirats arabes unis ont fait savoir qu'ils soutenaient sa candidature "(...) compte tenu du rôle qu'elle a joué à la tête du ministère français des Finances et de ses succès", a précisé son homologue émirati, Obaïd Houmaïd al Tayer, cité par l'agence de presse officielle des EAU.

Outre la ministre française, deux personnalités sont sur les rangs pour succéder au Français Dominique Strauss-Kahn, démissionnaire pour cause de déboires judiciaires aux Etats-Unis: le Mexicain Agustin Carstens, gouverneur de la banque centrale de son pays, et Stanley Fischer, qui occupe le même poste en Israël.

Les candidatures sont officiellement closes depuis vendredi à minuit et le vote devrait intervenir d'ici la fin du mois.

En Israël, le ministre des Finances, Yuval Steintz, a reconnu dimanche que son "poulain" avait peu de chances de l'emporter pour des raisons touchant à son âge (67 ans) et à des considérations politiques.

"Les chances (de gagner) ne sont pas grandes, la voie est parsemée d'obstacles, en premier lieu celui de l'âge de Stanley Fischer", a-t-il dit au micro de la radio militaire.

"D'autre part, c'est un choix très politique. S'il était purement professionnel, il aurait été très difficile de trouver un meilleur candidat que Stanley Fisher."

Ce dernier, né en Zambie, possède la double nationalité israélienne et américaine, ce qui pourrait être un handicap dans les pays arabo-musulmans.

Le poste de patron du FMI est vacant depuis la démission de Dominique Strauss-Kahn, accusé en mai d'agression sexuelle et de tentative de viol sur la personne d'une femme de chambre new-yorkaise.

Tom Pfeiffer, avec le bureau de Doubaï; Jean-Loup Fiévet pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...