Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Ben bernanke pas pressé d'enlever le soutien de la fed

Marché : Ben bernanke pas pressé d'enlever le soutien de la fed

Ben bernanke pas pressé d'enlever le soutien de la fedBen bernanke pas pressé d'enlever le soutien de la fed

par Mark Felsenthal et Glenn Somerville

WASHINGTON (Reuters) - Ben Bernanke, président de la Réserve fédérale, a laissé entendre mercredi que la banque centrale américaine n'était guère pressée de retirer ses mesures de soutien à l'économie au vu du "trou très, très profond" dans lequel se trouve encore le marché de travail aux Etats-Unis.

La Réserve fédérale a par ailleurs révisé en hausse sa prévision d'inflation pour 2011 et revu à la baisse celle en matière de croissance, tout en se montrant guère inquiète au sujet de la hausse des prix à la consommation sur le long terme.

Peu avant cela, la banque centrale américaine avait annoncé mercredi qu'elle aurait bouclé son nouveau programme d'assouplissement quantitatif ("QE2") de 600 milliards de dollars d'ici la fin du trimestre en cours, soit au mois de juin, comme prévu.

Signe d'une poursuite de sa politique ultra-accommodante, la Fed a également maintenu son principal taux directeur à un niveau proche de zéro "pour une période prolongée", à l'issue d'un vote unanime. Le taux des Fed funds reste donc compris dans une fourchette de 0 à 0,25%.

Dans un communiqué publié à l'issue de la réunion de son comité de politique monétaire (FOMC), la banque centrale des Etats-Unis indique penser que, malgré quelques éléments contraires, la reprise économique se poursuit à un rythme modéré et que les poussées inflationnistes semblent momentanées.

"L'inflation a progressé au cours des derniers mois mais les anticipations d'inflation à plus long terme sont restées stables et les mesures de l'inflation de fond donnent encore des résultats modérés", a-t-elle déclaré.

PREMIÈRE CONFÉRENCE DE PRESSE

Pour la première fois en près d'un siècle d'histoire de la Réserve fédérale, son président a tenu une conférence de presse à la suite d'une décision de politique monétaire.

Ben Bernanke, dont l'intervention a été très suivie par tous les acteurs des marchés financiers au point qu'elle a ralenti les échanges sur le New York Stock Echange, a déclaré que la hausse du produit intérieur brut (PIB) avait vraisemblablement été légèrement inférieure à 2% au premier trimestre.

"Ceci étant dit, le ralentissement du premier trimestre est essentiellement vu comme temporaire par les membres du comité de politique monétaire", a-t-il dit.

Au sujet du calendrier d'un début de cycle de durcissement monétaire, déjà entamé par la Banque centrale européenne, Ben Bernanke a suggéré que cela n'interviendrait pas avant quelques mois.

"Je ne sais pas exactement quand commencera un processus de durcissement monétaire, cela dépendra forcément des perspectives.

"L'expression "pour une période prolongée" laisse entendre qu'il y aura encore quelques réunions avant tout changement."

L'institut d'émission avait abaissé en décembre 2008 ses taux d'intérêt à un niveau proche de zéro et mis en place des rachats d'actifs de près de 1.400 milliards de dollars pour sortir l'économie américaine de la récession.

L'an dernier, il a lancé un deuxième programme d'achat de Treasuries à long terme, d'un montant de 600 milliards de dollars ("QE2").

Jean Décotte et Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...