Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Barclays supprime 3.000 postes

Marché : Barclays supprime 3.000 postes

tradingsat

par Steve Slater

LONDRES (Reuters) - Barclays supprimera près de 3.000 postes cette année, confrontée comme ses concurrentes à un nouvel environnement marqué par le durcissement de la régulation et l'impact de la propagation de la crise de la dette souveraine à ses activités de banque d'investissement.

De janvier à juin, le bénéfice de la banque britannique a diminué d'un tiers en raison notamment d'une chute des revenus de trading dans son métier de banque d'investissement (BFI).

Comme le groupe l'avait déjà signalé, Barclays a passé une charge d'un milliard de livres (1,15 milliard d'euros) destinée à couvrir les indemnisations de clients pour des contrats inadaptés en Grande-Bretagne.

Ces deux éléments ont occulté l'amélioration de la ligne des charges pour dépréciations tombée de 41% à 1,828 milliard de livres sterling.

A 9h00 GMT, le titre prenait 1% alors que l'indice paneuropéen STXE 600 des banques stagnait.

Au premier semestre, Barclays a dégagé un bénéfice imposable de 2,64 milliards de livres, qui est toutefois supérieur au consensus de 2,4 milliards établi par la banque elle-même.

Le bénéfice de la division Barclays Capital a reculé de 9% et le revenu dans la BFI est ressorti en baisse de 11% à 6,26 milliards de livres. La banque indique que les difficultés de BarCap se sont poursuivies en juillet.

Le repli semestriel dans l'obligataire est toutefois moins spectaculaire que chez certains de ses concurrents.

Le nouveau directeur général de Barclays, l'Américain Bob Diamond, à l'origine de la montée en puissance de la division BarCap au cours de la dernière décennie, a précisé lors d'une conférence téléphonique que son groupe avait déjà supprimé 1.400 postes au cours de la première partie de l'année et que le total devrait atteindre 3.000 d'ici la fin de l'année.

"Vous pouvez partir du principe que cette tendance va se confirmer et quelque peu s'amplifier", a-t-il dit.

Bob Diamond vise un milliard de sterling de réductions de coûts annuelles et estime que le groupe bancaire peut générer plus de 6 milliards de sterling de revenu supplémentaire par an d'ici 2013 dans le cadre d'un plan de restructuration.

En annonçant ces baisses d'effectifs, Barclays rejoint un cortège de banques qui ont fait de même ces dernières semaines, HSBC, Goldman Sachs, Credit Suisse et

UBS.

Lundi, HBSC a annoncé qu'elle supprimerait 30.000 emplois, ce qui représente 10% de ses effectifs, d'ici 2013, tout en indiquant qu'elle pourrait procéder à des milliers d'embauches dans les pays émergents. (voir )

Mardi, BNP Paribas a évoqué des suppressions de postes "à la marge" mais a exclu de procéder à "des milliers" de licenciements.

Nicolas Delame pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI