Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Barack obama propose des hausses d'impôts pour financer l'emploi

Marché : Barack obama propose des hausses d'impôts pour financer l'emploi

Barack obama propose des hausses d'impôts pour financer l'emploiBarack obama propose des hausses d'impôts pour financer l'emploi

par Steve Holland et Matt Spetalnick

WASHINGTON (Reuters) - Le président américain Barack Obama a proposé lundi de financer son plan pour l'emploi en supprimant pour 467 milliards de dollars d'exonératons fiscales dont bénéficient les entreprises et les Américains les plus aisés, déclenchant une nouvelle passe d'armes avec les Républicains au Congrès.

L'objectif de la Maison Blanche est de mettre le Congrès le dos au mur: soit il appuie le plan Obama de 447 milliards de dollars soit il risque de passer pour ne rien faire afin d'améliorer la situation de l'emploi à l'approche des élections de novembre 2012.

Jack Lew, le chargé du budget de la Maison Blanche, a expliqué que 400 milliards de dollars seraient levés en plafonnant déductions et exonérations fiscales des individus gagnant plus de 200.000 dollars par an et des ménages gagnant plus de 250.000 dollars annuels.

Barack Obama compte également prélever 40 milliards de dollars en supprimant divers avantages fiscaux des secteurs pétrolier et gazier, le solde provenant en particulier d'un nouveau régime fiscal pour certains éléments comptables des flottes de jets privés et des fonds d'investissement.

Le président doit transmettre son projet de loi au législateur dans la soirée de lundi.

"C'est un projet de loi qui se fonde sur des idées provenant à la fois des Républicains et des Démocrates et c'est un texte que le Congrès doit adopter; pas de petits jeux, pas de politique, pas de retard", a dit Barack Obama à la Maison Blanche.

Mais pour les Républicains, Obama en définitive finance intégralement son plan pour l'emploi en alourdissant la fiscalité.

"Il est légitime de dire que cette augmentation de l'impôt sur les créateurs d'emplois est le genre de proposition qu'ont rejeté les deux partis par le passé", a dit Brendan Buck, porte-parole du président de la Chambre des Représentants John Boehner, chef de file des Républicains au Congrès.

"Nous restons soucieux de travailler main dans la main pour soutenir la croissance de l'emploi mais il ne semble pas que cette proposition émane de cet esprit de collaboration".

Wilfrid Exbrayat pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI