Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Amundi compare la dette chinoise aux "subprimes"

Marché : Amundi compare la dette chinoise aux "subprimes"

tradingsat

par Juliette Rouillon

PARIS (Reuters) - Le risque lié au gonflement de la dette "cachée" des régions et entreprises parapubliques chinoises s'apparente à la crise des "subprimes" que personne n'avait vu venir, estime le directeur des gestions d'Amundi.

Cette dette périphérique en forte croissance risque un jour d'être ramenée dans le périmètre de la dette souveraine de la Chine à la faveur d'un dégonflement de la bulle immobilière, a expliqué Romain Boscher lors d'une interview accordée à Reuters.

"La hausse de la dette s'est faite surtout dans les régions chinoises. On parle de "shadow accounting", une part de la dette est laissée dans l'ombre. C'est un peu comme les "subprimes" qui étaient une dette que l'on n'avait pas trop vu grandir parce qu'elle était portée par des véhicules hors bilan", a-t-il dit.

"En Chine, c'est un peu cela aussi : quand on voit des régions ou des entreprises parapubliques s'endetter, cela n'apparaît pas trop dans les chiffres. Comme ces régions ont vécu, un peu comme en Espagne, sur la bulle immobilière, si celle-ci se calme, elles ne pourront pas rembourser leur dette, qui risque de revenir dans la périmètre de la dette d'Etat."

"Les 'subprimes' du moment, c'est un peu toute cette dette périphérique chinoise. On se demande à quel moment elle va être reconnue comme étant une dette d'Etat", a-t-il précisé.

MAUVAISES SURPRISES

Moody's avait souligné mardi que l'endettement des collectivités locales chinoises était sous-estimé, ce qui pourrait se traduire par de lourdes pertes pour leurs créanciers dont les notes pourraient être abaissées.

Face à un manque de transparence, le risque de mauvaises surprises en provenance des pays émergents sur la question de la dette, mais aussi de la croissance et de l'inflation, fait peser des incertitudes bien plus lourdes sur les marchés financiers que la crise de la dette européenne, estime Romain Boscher.

"C'est dans les zones émergentes qu'il y a un risque inflationniste, un risque de dette cachée, alors que dans les pays développés, notre 'opération vérité', nous l'avons faite entre 2007 et 2010", selon le responsable des gestions actions.

Dans ce contexte, malgré l'intensification de la crise de sa dette, la zone euro devrait continuer à surperformer les marchés émergents dans les mois à venir, estime Romain Boscher.

"LES 30 LABORIEUSES"

Amundi reste cependant très prudent sur les marchés d'actions européens en attendant un été "turbulent" et privilégie les valeurs industrielles au détriment des financières confrontées à la nouvelle logique de désendettement.

"Après 'les 30 fallacieuses', on s'engage aujourd'hui dans une période que l'on peut appeler 'les 30 laborieuses', ou encore 'les 30 vertueuses', de remboursement de la dette. De ce fait, la dette progressera moins vite que le PIB, ce qui pèsera sur la croissance du secteur financier", a-t-il ajouté.

"On a deux mondes: un monde de valeurs financières toujours enfermé dans une problématique qui est le risque d'augmentations de capital, (...) alors que dans le monde non financier, au contraire, non seulement il n'y a pas d'augmentations de capital, mais au contraire des rachats d'actions", a-t-il dit.

A moyen terme, la capacité des pays occidentaux à juguler leur surendettement sans provoquer de crise systémique dépendra beaucoup du rythme de la croissance mondiale, a-t-il ajouté.

"Le vrai risque est que la croissance ne nous permette plus de rembourser notre dette, pas seulement en Grèce", a-t-il dit.

La société de gestion, détenue à 75% par le Crédit agricole et à 25% par la Société générale, est n°3 de la gestion d'actifs en Europe, derrière Axa et Allianz, avec un total de 712 milliards d'euros d'actifs sous gestion, dont 108 milliards dans des fonds actions.

Juliette Rouillon, édité par Nicolas Delame

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...