Bourse > Actualités > Points de marché > Allemagne : L'affaire Volkswagen plus grave que la crise grecque pour le pays ?

Allemagne : L'affaire Volkswagen plus grave que la crise grecque pour le pays ?

Angela Merkel et le logo de VolkswagenAngela Merkel et le logo de Volkswagen

(Tradingsat.com) - Avec un chiffre d'affaires de 200 milliards d'euros et 270.000 salariés en Allemagne, Volkswagen est un pilier de l'économie outre-Rhin.

Quel sera l'impact du scandale Volkswagen? S'il est encore trop tôt pour l'estimer avec précision, plusieurs économistes font état de leur pessimisme. Pour la marque mais aussi pour toute l'économie allemande. Le chef économiste d'ING est ainsi frappé par l'ampleur qu'a pris l'affaire en si peu de temps.

"Tout d'un coup, Volkswagen est devenu un risque de baisse plus importante pour l'économie allemande que la crise de la dette grecque, estime-t-il. Si les ventes de Volkswagen venaient à plonger en Amérique du Nord dans les mois à venir, ça aurait un impact sur l'entreprise mais aussi sur toute l'économie allemande."

Volkswagen a vendu près de 600.000 voitures l'an dernier aux Etats-Unis, soit environ 6% de ses 9,5 millions de véhicules au niveau mondial. Et si ce ne sont que les véhicules diesel qui sont concernés (480.000 automobiles Volkswagen vendues sur cinq ans aux Etats-Unis), l'ampleur du scandale pourrait avoir des répercutions sur la marque dans son ensemble.

La voiture, pilier de l'économie allemande

D'autant qu'on ne sait toujours pas quel sera le montant de l'amende. Si c'est la fourchette haute -les 18 milliards de dollars évoqués, elle entamerait fortement la trésorerie du numéro 1 mondial de l'automobile qui est de 21 milliards d'euros (24 milliards de dollars).

Des ventes potentiellement impactées, des finances entamées, cela fait craindre pour l'emploi outre-Rhin. Car l'affaire pourrait avoir des répercutions sur les autres constructeurs allemands. Comme BMW qui dévissait ce jeudi en bourse suite à un test... Pour lire la suite de l'article, cliquez ici.

Par Frédéric Bianchi (avec Reuters)

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI