Bourse > Actualités > Points de marchéffrfrfr > Marché : Afflux sur l'obligataire gouvernemental

Marché : Afflux sur l'obligataire gouvernemental

tradingsat

(CercleFinance.com) - Les obligations des grands Etats européens attirent des investisseurs inquiets au sujet de la situation des pays périphériques et d'une reprise économique européenne qui donne de légers signaux d'essoufflements.

Réagissant inversement aux cours des obligations, le rendement du Bund allemand se détend de quatre points de base à 3,02% et l'indice TEC 10 de l'OAT française en perd huit à 3,43%.

Le dossier des dettes souveraines continue de nourrir l'aversion au risque, les craintes s'étendant désormais à l'Italie dont la dette a été mise sous surveillance par Standard & Poor's, ce week-end.

Si elle a confirmé ses note souveraine 'A+' à long-terme et 'A-1+' pour le court-terme, l'agence de notation a abaissé la perspective de 'stable' à 'négative'. 'Les perspectives de croissance de l'Italie sont faibles, tandis que l'engagement des politiques en faveur de réformes visant une amélioration de la productivité apparaît comme hésitant', estime S&P.

La situation sociopolitique en Espagne, entre manifestations et échec électoral cuisant du parti au pouvoir, n'est pas non plus pour rassurer. 'La situation espagnole est délicate', note IG Markets. 'Un sauvetage comparable a la Grèce coûterait probablement plus de 300 milliards d'euros', ajoute-t-il.

Les obligations profitent aussi d'une perte de vitesse de la reprise de la zone euro, à en croire Markit. Son indice flash composite pour la zone recule à 55,4 ce mois-ci (57,8 en avril) et retrouve ainsi un plus bas de sept mois.

'Les bonnes nouvelles viennent de l'inflation qui, grâce aux récentes baisses des prix du pétrole et autres matières premières, ralentit tant au niveau des prix des achats que des prix de vente des entreprises', note par contre Chris Williamson, chief economist à Markit.

Vendredi, le rendement du T-Note américain à 10 ans a baissé de trois points de base, à 3,15%, 'bénéficiant du regain de craintes sur la conjoncture et sur l'hypothèse d'un défaut ou d'une restructuration de la dette publique grecque', analyse Aurel-BGC.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...