Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Adp attend un trafic en hausse en 2011

Marché : Adp attend un trafic en hausse en 2011

Adp attend un trafic en hausse en 2011Adp attend un trafic en hausse en 2011

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - La croissance du trafic d'Aéroports de Paris en 2011 devrait se situer en haut de sa fourchette prévue de 4,5-5%, même avec les réservations en demi-teinte affichées par les compagnies aériennes en octobre-décembre, a déclaré mardi son PDG Pierre Graff.

L'opérateur des aéroports parisiens de Roissy et d'Orly a annoncé la semaine dernière une hausse de 6,1% de son trafic passagers sur les neuf premiers mois de l'année en rythme annuel, notamment grâce à un redémarrage en Europe, notamment en France.

"Sur octobre-décembre, les réservations sont moins bonnes parce que les gens commencent à hésiter. C'est ce que nous disent les compagnies, elles ont des réservations un peu molles", a-t-il lors d'un entretien accordé à Reuters. "Ce n'est pas complément affolant, en tous cas cela n'impacte pas ma prévision à 5%".

Pierre Graff, qui chiffre à un point l'impact négatif du "printemps arabe" et de la crise du Japon sur la croissance du trafic d'ADP, après prise en compte des reports de voyages d'un pays vers un autre, s'est également montré confiant sur la prévision de hausse annuelle moyenne de 3,2% prévue d'ici 2015.

Il a également réaffirmé prévoir un ralentissement de la croissance de l'excédent brut d'exploitation (Ebitda) et du chiffre d'affaires d'ADP en 2011 comparé à leurs rythmes respectifs de 5% et 4% de 2010. ADP publiera son chiffre d'affaires trimestriel le 15 novembre.

ADP devrait dépasser son objectif de chiffre d'affaires par passagers de 17,4 euros en 2015 - contre 9,8 euros en 2006 - "sauf catastrophe économique" à la faveur du potentiel de développement de ses commerces dans ses aéroports et à l'amélioration de la fluidité de l'enregistrement des bagages et des contrôles de police, a ajouté Pierre Graff.

La crise, si elle n'a pas eu pour l'instant d'effet sur ses commerces, a eu pour conséquence de retarder le projet immobilier "Coeur d'Orly", pour lequel ADP et ses partenaires Altaréa et Foncière des Régions attendent d'avoir plus de visibilité sur les perspectives économiques avant de se lancer, a-t-il expliqué.

Les trois partenaires, qui avaient initié au premier semestre une phase de commercialisation accrue à la faveur d'une embellie économique, avaient reçu de nombreuses marques d'intérêt lorsque la crise financière a éclaté cet été.

"On a mis les moyens qu'il fallait pour démarrer, simplement on ne veut pas démarrer en blanc, on veut démarrer avec un client", a dit Pierre Graff.

Pour le reste des projets immobiliers, ADP est en ligne avec son plan, après avoir commercialisé 240.000 m2 de surfaces immobilières sur un objectif de 320.000/360.000 m2 prévus d'ici 2015.

BRÉSIL

Pierre Graff a également confirmé qu'il comptait boucler d'ici la fin de l'année la cession de sa division d'assistance en escale Alyzia, qui a réalisé un chiffre d'affaires de 141 millions d'euros en 2010, à l'opérateur de services aéroportuaires Groupe 3S.

Alors que le processus de privatisation des aéroports régionaux français semble dans l'impasse, ADP, qui s'est dit intéressé par Lyon, continue à pousser ses pions à l'international.

Le groupe doit remettre d'ici fin décembre son dossier de candidature pour la privatisation de trois aéroports brésiliens à Sao Paulo et Brasilia.

Il a renoncé à faire une offre sur les aéroports de Madrid et Barcelone dont le processus de privatisation a ensuite été suspendu, mais d'autres dossiers sont depuis apparus comme le petit aéroport de Zagreb (Croatie) ou celui d'Edimbourg (Ecosse).

Le mandat actuel de Pierre Graff s'achève en juillet 2014, mais les actionnaires devront approuver lors de l'assemblée générale de mai 2012 une modification des statuts pour lui permettre de terminer son mandat au-delà de ses 65 ans, en novembre 2012.

"Je suis très heureux là où je suis, je fais mon boulot", a-t-il dit. "La prolongation ou pas de mon mandat est une affaire qui regarde mes actionnaires et ils en décideront le moment venu, c'est une affaire d'assemblée générale".

Pierre Graff a reconnu que le flottant d'ADP était "un petit peu étroit".

L'Etat détient 52%, les investisseurs institutionnels 22% et les particuliers 7,6%, tandis que le Schiphol Group (gestionnaire de l'aéroport d'Amsterdam) et le Fonds stratégique d'investissement ont chacun 8%.

Le FSI, qui a vocation à sortir du capital d'ADP, n'a pas pour l'instant manifesté d'intention de lancer un processus de vente, a précisé Pierre Graff.

L'action cédait 0,6% à 58,25 euros vers 16h35, donnant une capitalisation de 5,76 milliards. Elle a cédé 1,4% depuis le début de l'année, contre 16% pour le CAC 40.

Cyril Altmeyer, édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI