Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Pourquoi encourager les adolescents à jouer en Bourse n'est pas une bonne idée

dimanche 23 mai 2021 à 12h00
Une société de gestion proposer un compte trading spécial ados

(BFM Bourse) - La société de gestion Fidelity vient de lancer aux Etats-Unis un compte spécialement conçu pour permettre aux ados de 13 à 17 ans d'épargner et même de passer des ordres de Bourse. Mais entre favoriser l'éducation financière (totalement absente dans beaucoup de pays) et inciter les plus jeunes à prendre la Bourse à bras-le-corps, il existe sans doute un équilibre plus prudent.

Est-ce voir le mal partout que d'imaginer que les choses pourraient mal tourner? Alors que la popularité grandissante de l'application de courtage sans frais Robinhood auprès des jeunes Américains suscite déjà certaines critiques, Fidelity Investments a dévoilé mardi dernier une offre d'investissement dédiée explicitement aux ados de 13 à 17 ans.

Présenté comme une première dans l'industrie de la gestion, le Fidelity Youth Account vise à "encourager les jeunes américains à apprendre par la pratique et à favoriser d'enrichissantes conversations en famille à propos des sujets financiers". L'offre s'appuie sur un ensemble de contenus et d'outils d'éducation financière adaptés à cette cible, et donne l'accès à une version simplifiée de la plate-forme de courtage de Fidelity.

"Conçu avec l'aide d'adolescents et de parents, le compte [Youth Account] ouvre une nouvelle voie en offrant aux adolescents la possibilité de développer de saines habitudes financières, en apprenant par la pratique".

Un compte jumelé à celui des parents

Concrètement, chaque jeune peut disposer d'un compte, jumelé à celui des parents, lesquels conservent la supervision en temps réel des ordres passés. Ce compte leur permet de régler des dépenses au comptant (pas de crédit) mais aussi d'épargner et investir sans frais sur la plupart des actions et fonds indiciels américains - et sur les fonds Fidelity bien entendu. "Et, avec Stocks by the Slice [l'offre de titres fractionnés de Fideily, accessible pour plus de 7000 instruments], les ados peuvent apprendre les bases de l'investissement avec des fractions de titres, dès 1 dollar".

Il est souvent déploré que "les Français sont nuls en finance". Mais beaucoup d'observateurs aux Etats-Unis soulignent que beaucoup de ménages américains -surtout parmi les moins aisés- sont tout aussi désarmés face aux questions financières. La crise des subprimes en a apporté un nouvel exemple: beaucoup de personnes de la classe ouvrière et de primo-accédants s'étaient surendettés par rapport à la valeur hypothécaire de leur maison avec des taux variables, sans avoir la capacité de mesurer le risque qu'ils prenaient.

Dans ce contexte, on ne peut que se féliciter des efforts en matière d'éducation financière fournis notamment par l'AMF et la Banque de France via le portail "Mes questions d'argent"

Une courbe d'apprentissage parfois ardue

Et alors que la Bourse n'est souvent envisagée que par ce qu'elle aurait de quasi-diabolique, un apprentissage du fonctionnement réel des marchés apparaît tout à fait recommandable dans l'absolu.

En tant que parent d'adolescents (et passionné moi-même par les enjeux financiers, mathématiques, psychologiques et humains des marchés) toutefois, on pourrait aussi se dire: laissez les ados vivre leur vie d'ados. Si vous boursicotez, pourquoi ne pas faire part de vos réflexions et discuter de vos choix d'investissement avec vos enfants, si tant est qu'ils manifestent de l'intérêt pour cette activité. Proposez-leur une ouverture littéraire sur l'univers de la finance avec des livres tels que Le Bossu (Paul Féval), L'Argent (Emile Zola), L'enfant des Lumières (Françoise Chandernagor) ou encore Le Bûcher des vanités (The Bonfire of the Vanities, Tom Wolfe) - ce sera toujours un apport à leur culture générale.

Mais investir en Bourse passe nécessairement par une courbe d'apprentissage parfois ardue. Les débuts s'accompagnent presque toujours d'erreurs qu'il faut pouvoir assumer, financièrement mais surtout psychologiquement. Chacun disposant de capacités différentes, certains jeunes pourraient bien sûr se révéler d'aussi bons voire meilleurs gestionnaires que leurs aînés. D'une façon générale, il est déjà bien suffisant de s'efforcer d'investir soi-même prudemment - mieux vaut éviter d'imposer à sa progéniture une pression à in fine gagner de l'argent, même le plus affectueusement du monde.

Guillaume Bayre - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+318.90 % vs +33.02 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat