Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Les économies d'énergie, une thématique porteuse en Bourse

dimanche 9 février 2020 à 07h30
Le spécialiste du recyclage et de la consigne Tomra figure parmi les convictions de Nordea

(BFM Bourse) - Nordea Asset Management, la plus importante société de gestion d'actifs des pays du nord de l'Europe, mise sur des entreprises mettant l'efficience énergétique au coeur de leur modèle. Au premier rang desquelles figure d'ailleurs un groupe français cher au coeur de beaucoup de petits porteurs...

Générer des performances pérennes pour les investisseurs tout en s'efforçant de répondre aux objectifs de développement durable (ODD) tels qu'établis dans l'agenda 2030 des Nations unies: tel est l'objectif du fonds Global Climate & Environment Fund, de Nordea Asset Management.

À l'heure actuelle, de nombreux fonds permettent de miser sur une thématique écologique. Citons, entre autres, Amundi Global Ecology, Ecofi Enjeux Futurs, Pictet Global Environment Opportunity, Vontonbel Clean Technology... La particularité de celui de Nordea repose sur une approche relativement peu mise en avant: l'efficience énergétique.

Autrement dit, l'encours n'est pas investi spécifiquement sur des entreprises productrices d'énergie "verte", mais plutôt sur des sociétés développant des solutions pour réduire la consommation d'énergie d'une façon générale.

La conviction de Thomas Sørensen, co-gérant du fonds, est que l'essentiel du défi environnemental contemporain pourrait être surmonté en activant le levier de l’efficience. À titre d’exemple, les deux tiers de l’énergie produite chaque année aux Etats-Unis se révèle in fine gaspillée, estime Nordea. Le fait d'économiser l'énergie déjà produite (avant même de songer à substituer les ressources nécessaires à la produire) constitue donc un gisement considérable pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Les "innovateurs" et les "optimisateurs"

De plus, la construction de capacités de production d'électricité renouvelable -par exemple une ferme éolienne- reste une activité gourmande en capitaux. Alors que "le coût économique et sociétal des innovations permettant une meilleure efficience énergétique, et l’effort pour les déployer, restent relativement faibles au regard des gains générés", explique Thomas Sørensen, tant en termes de réduction d’empreinte carbone... que de performances financières à long terme.

L'identification d’entreprises innovantes dans le domaine de l’efficacité des ressources constitue donc, depuis l'origine du fonds en 2008, l'un des piliers de la stratégie du fonds Nordea 1 Global Climate & Environment (les deux autres étant la protection de l’environnement et les énergies alternatives).

Plus précisément, détaille le co-gérant "nous repérons d’une part les ‘innovateurs’, ces acteurs qui se concentrent sur le progrès technologique pour produire de l’énergie propre, d’autre part les ‘optimisateurs’, orientés vers la gestion efficiente des ressources existantes grâce à leurs produits et services. La troisième catégorie regroupe les ‘adaptateurs’, actifs dans la protection de l’environnement".

Air Liquide en bonne place

L'ensemble de cet univers d’investissement représente environ 1.250 entreprises à l’échelle mondiale, représentant une capitalisation cumulée de 6.000 milliards d’euros. Mais au final, seule une cinquantaine de valeurs figurent dans le portefeuille, très sélectif. Et la première pondération (4,04%, à l'issue de l'exercice 2019) n'est autre qu'une valeur française bien connue des petits épargnants : Air Liquide. Le groupe fondé en 1902 est en effet aujourd'hui extrêmement engagé dans la transition énergétique.

Le leader mondial des gaz industriels développe des solutions plus respectueuses de l'environnement, à commencer par l'hydrogène décarboné, le bio-gaz naturel pour véhicules (Bio-GNV, dont l'empreinte carbone est divisée par dix, tout comme les émissions de particules) le transport réfrigéré à l’azote, mais aussi le traitement et l’injection du biométhane dans les réseaux domestiques locaux. Air Liquide déploie en outre son expertise sur l'ensemble de la chaîne (recherches de sources de biogaz, transformation en biométhane, conditionnement et transport, jusqu'à l'utilisation finale) - ce qui est toujours un moyen d'éviter qu'un autre acteur ne capte l'essentiel de la valeur ajoutée. En tout état de cause, le Nordea 1 Global Climate & Environment Fund mise aussi fortement sur l'autre grand spécialiste mondial des gaz industriels, Linde (3,99%, deuxième position fin 2019).

Parmi les autres convictions du moment figure le fabricant de semi-conducteurs Infineon. Alors que l'éco-mobilité apparaît comme un levier majeur d'optimisation des ressources, Nordea juge la firme bien positionnée pour répondre aux besoins croissants de l’industrie automobile - l'électrification des véhicules nécessitant de plus en plus de composants embarqués. "Infineon se distingue par un savoir-faire et des capacités manufacturières totalement intégrées et propriétaires, lui permettant de maîtriser l'ensemble de la chaîne de valeur. Cela représente un avantage compétitif pérenne", apprécie le gérant.

Tesla boudé

Qui plus est, la société entretient une forte culture d’ingénierie, favorable à l’innovation, et un management dont la vision s’inscrit sur le long terme. Ces caractéristiques offrent un profil ESG intéressant, au-delà des fondamentaux financiers robustes de l’entreprise. Pa contraste, l’équipe de gestion reste à l’écart de... Tesla, pourtant à la pointe en matière de véhicules électriques... "Nous estimons que le niveau de rendement sur capital investi est, à long terme, insuffisant chez Tesla, tout comme son profil ESG" explique Thomas Sørensen.

Parmi les autres entreprises jugée attractives par le Global Climate & Environment Fund, il cite l'irlandais Kerry Group, un des leaders globaux de l'alimentation organique durable, l'américain Hexcel, spécialiste de la production de matériaux en fibre de carbone, utilisés notamment dans l’industrie aéronautique pour réduire le poids des appareils et donc leur consommation (-20% sur les avions actuels par rapport à la précédente génération), ou encore le norvégien Tomra Systems, leader mondial des systèmes automatisés de reprise des emballages consignés.

"Nous nous concentrons sur des solutions climatiques globales dont l’impact est clairement perceptible" résume Thomas Sørensen.

En 2019, le fonds a affiché une progression de 39% de sa valorisation, pour atteindre 2,7 milliards d’euros d'actifs sous gestion. La performance annualisée depuis sa création en 2008 était de 7,3% en moyenne sur cette période.

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+332.80 % vs -7.84 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat