Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

La modicité des ratios de valorisation plaide pour les actions européennes

dimanche 17 octobre 2021 à 12h00
Un jeune homme examine un graphique boursier avant de passer un ordre

(BFM Bourse) - Inflation un peu moindre qu'aux Etats-Unis notamment et ratios moins exigeants : aux yeux du géant de la gestion passive State Street Global Advisors, la valorisation des actions européennes les rend relativement attrayantes.

Malgré, ou à cause de, la récente pression vendeuse qu'ont connu les actions européennes, cette classe d’actifs présente des valorisations toujours porteuses, estime l'équipe des stratégistes de State Street Global Advisors, l'un des géants mondiaux des fonds indiciels. D'autant plus que, jusqu'à présent, l'Europe et le Royaume-Uni ont connu une inflation légèrement plus modérée que les autres régions. Ce qui signifie qu'aux niveaux actuels de l'indice des prix à la consommation (IPC), ce sont les seuls segments du marché actions à offrir encore un rendement (des dividendes) positif en moyenne.

Non seulement les actions européennes se comparent favorablement aux actions des autres grandes régions, mais elles restent de surcroît relativement bon marché par rapport aux obligations d'État et d'entreprises (le rendement des obligations "Investment Grade" et même "High Yield" est encore moindre que le taux d'inflation). Cela implique, selon SSGA, que l'effet TINA ("there is no alternative", "il n'y a pas d'alternative") devrait se poursuivre pour les actions européennes, concourant de fait à soutenir les investisseurs positionnés sur cette exposition dans leur allocation.

State Street Global Advisors, rappelant opportunément qu'il est l'émetteur des fonds indiciels (ETF) SPDR MSCI Europe (qui réplique l'indice MSCI Europe) et SPDR MSCI EMU (répliquant l'indice MSCI European Economic and Monetary Union), souligne également qu'en dépit d'une performance relativement solide depuis le début de l'année, les actions européennes ont plutôt eu tendance à se... déprécier, en termes de ratio cours/bénéfices. Les prévisions de bénéfices ont en effet été régulièrement revues à la hausse, les analystes intégrant progressivement le plein impact des réouvertures des différentes économies. "Dans cette dynamique, l'Europe a pris du retard par rapport aux États-Unis", note SSGA.

Le dernier facteur qui pourrait continuer à profiter à l'Europe est la plus forte pondération des sociétés plus cycliques dans les indices européens, notamment les financières et les titres liés au secteur de l’énergie. Les investisseurs à la recherche d'une exposition notable à la "value" peuvent envisager l'indice MSCI Europe, car il inclut le Royaume-Uni (dont les actions subissent actuellement une décote significative). Les investisseurs qui craignent que les répercussions du Brexit ne se prolongent et préfèrent l'éviter privilégieront l'indice MSCI EMU, qui ne regroupe que des titres de la zone euro, conclut State Street dans son "Strategy Espresso".

Guillaume Bayre - ©2022 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+312.10 % vs +39.87 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat