Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Au service de Sa Majesté, la banque privée britannique Coutts mise sur un accord avec l'Union

dimanche 27 septembre 2020 à 08h00
Coutts, banque de Sa Gracieuse Majesté, mise sur la livre

(BFM Bourse) - Connue notamment pour gérer une partie de la fortune de la reine Elisabeth II, Coutts a alloué plusieurs millions de dollars via des fonds libellés en livre sterling. Une position qui tirerait profit d'un rebond de la devise britannique récemment laminée.

En matière de gestion privée, difficile de faire plus chic que Coutts & Co. Ses origines remontent en effet à 1692, ce qui en fait la huitième banque la plus ancienne en existence (la banque centrale britannique elle-même, la Bank of England, est plus jeune de près de deux années). Elle est même mentionnée dans le roman de Stevenson Dr. Jekyll et Mr. Hyde et dans le Dracula de Bram Stoker !

Appartenant aujourd'hui au groupe NatWest (ex-Royal Bank of Scotland), Coutts est réputée pour compter parmi ses clients une foule d'entrepreneurs, de personnalités des médias ou du sport ou de dirigeants d'entreprises... et la famille royale.

À rebours de la défiance envers la devise britannique, bien partie pour signer en septembre sa plus mauvaise performance face au dollar (près de -5% depuis le début du mois) depuis le vote sur le Brexit de 2016, la firme a annoncé avoir procédé la semaine dernière à une réallocation de capitaux depuis un ETF de Lyxor sur le S&P 500 (en dollars) vers une version équivalente mais en livres, rapporte l'agence Bloomberg. Au total près de 350 millions de dollars ont été transférés de l'un à l'autre de ces véhicules sur cette période.

En d'autres termes, Coutts a choisi de renforcer son exposition à la livre, affirmant que la devise pourrait rebondir dans l'hypothèse où le gouvernement britannique et l'Union européenne parviendraient finalement à un accord.

"Nous pensons que le pessimisme vis-à-vis du Royaume-Uni est excessif", a expliqué Alan Higgins, responsable de la stratégie d'allocation globale de Coutts, cité par Bloomberg. "En se fondant sur la théorie des jeux, nous pensons qu'un accord sera atteint entre le Royaume-Uni et l'Europe. Créant la surprise pour les marchés, et résultant en une appréciation de la livre sterling".

À l'heure actuelle, tandis que les dirigeants de l'Union s'opposent fermement à la volonté de Boris Johnson de revenir à nouveau sur certains pans de l'accord de retrait péniblement obtenu, les investisseurs redoutent plutôt un scénario de sortie désordonnée l'an prochain en l'absence d'accord, ce qui pénaliserait en premier lieu l'économie britannique et donc sa devise.

Mais, même si la question de l'accord de retrait demeurait irrésolue, le stratégiste de Coutts affirme qu'une exposition au S&P 500 couverte en livre reste attrayante, dans la mesure où le niveau du dollar lui apparaît fondamentalement trop haut face à l'ensemble des autres devises.

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+333.50 % vs -0.48 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat