Bourse > Actualités > Interviewsffrfrfr > Frédéric Rozier : "Si correction il y a, elle devrait être assez limitée"

Frédéric Rozier : "Si correction il y a, elle devrait être assez limitée"

Frédéric Rozier, MeeschaertFrédéric Rozier, Meeschaert

(Tradingsat.com) - Après avoir franchi les 5000 points dès la mi-mars, le marché parisien a même brièvement franchi les 5100 points, portant à +20% ses gains depuis le début de l’année. Le rythme de la hausse peut faire s’interroger sur le risque d'une possible consolidation des marchés, qui semble d'ailleurs s'amorcer. Frédéric Rozier, conseiller de gestion au sein de la société Meeschaert, nous livre son éclairage.

Tradingsat.com : Pensez-vous que le marché dispose encore d’un potentiel cette année ?

Frédéric Rozier : Il y a une combinaison d’éléments positifs, de facteurs qui s’additionnent qui laissent à penser effectivement que nous irons plus haut, de facteurs positifs. Les rachats massifs de dette souveraine de la Banque Centrale Européenne et la baisse de l’euro et du pétrole vont continuer à jouer leur rôle. Même si certains éléments demandent confirmation. Par exemple, la transmission à l’économie du « quantitative easing » de la BCE reste à prouver. Peut-être aussi exagère-t-on un peu l’effet de la baisse de l’euro face au dollar étant donné que beaucoup d’entreprises sont couvertes contre le risque de change. Par ailleurs, au-delà du QE dont les effets se limitent pour l’instant aux taux longs, l’afflux de liquidités venant des Etats-Unis est sans doute pour l’instant le vrai support des marchés : en trois mois, 50 milliards de dollars sont passés des ETF US vers les ETF sur actions européennes.

Tradingsat.com : Cet intérêt des investisseurs américains pour les actions européennes est-il durable ?

Frédéric Rozier : Il s’agit d’un flux, qui peut donc repartir aussi vite qu’il est arrivé. Logiquement, la question qui se pose est celle d’une correction temporaire. Un investisseur américain qui a gagné 20% en trois mois sur les marchés européens (en achetant du dollar pour se protéger du taux de change), alors que son marché domestique n’a rien fait, va naturellement prendre ses bénéfices à un moment donné. Après sept hausses hebdomadaires consécutives, le trimestre a été somptueux à Paris et sur les marchés européens. Le moment est donc peut-être propice à une forme de temporisation, voire une légère baisse des marchés sur le court terme.

Tradingsat.com : N’y a-t-il pas un risque de forte correction ?

Frédéric Rozier : Si correction il y a, elle devrait être quand même assez limitée. Les flux du "Quantitative Easing" vont jouer leur rôle de support, tandis que les bénéfices par action des entreprises vont profiter à plein de la baisse de l’euro et des matières premières, ainsi que du niveau très bas taux de refinancement. Tout cela va concourir à un environnement global des entreprises qui va avoir tendance à s’améliorer. La tendance du marché européen est clairement haussière. Il s’agit donc de guetter les opportunités pour se renforcer, sans être trop gourmand sur la correction qui peut survenir. A très court terme, il faudra surveiller si les prochaines publications trimestrielles n'ont pas été "surjouées" par les investisseurs.

Tradingsat.com : Observez-vous des mouvements de rotation sectorielle ?

Frédéric Rozier : Les valeurs qui ont réalisé les plus belles performances depuis le début de l’année subissent depuis quelques jours des prises de bénéfices. Airbus ou Renault ont ainsi perdu une dizaine de pour-cents en deux ou trois séances. C’est le signe d’un marché qui s’essouffle un peu sur ses points hauts, qui a besoin d’aller rechercher une nouvelle dynamique. A contrario, une valeur comme GDF Suez, la pire performance du CAC 40 depuis le début de l’année, s’est mise à rebondir. Le secteur des utilities reste très à la traîne en termes de performance, mais il offre un levier financier qui peut en faire une piste d’investissement. Les possibilités de refinancement à des taux historiquement bas des dettes élevées de ces entreprises ne sont pas à négliger Sans oublier que l’activité de traitement des déchets industriels devrait profiter de la reprise économique qui se dessine.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...