Bourse > Actualités > Interviews > Frédéric Rozier : "La correction marque la fin de l'exagération des marchés"

Frédéric Rozier : "La correction marque la fin de l'exagération des marchés"

Frédéric RozierFrédéric Rozier

(Tradingsat.com) - Après plusieurs mois d’euphorie, la Bourse américaine a drastiquement chuté lundi, lors de sa pire séance depuis août 2011, sur fond d’inquiétude sur le resserrement monétaire que pourrait opérer la Réserve fédérale. Le point avec Frédéric Rozier gérant de portefeuille chez Mirabaud France.

Tradingsat.com : Le décrochage des indices américains marque-t-il une inversion de tendance ?

Frédéric Rozier : Elle signifie la fin de la phase "d’exagération", cette hausse linéaire continue qui semblait sans limite que l’on a connue ces derniers mois. Cette sanction va freiner les ardeurs des investisseurs. En ce sens, il est probable que l’on ait vu le plus haut sur les indices américains. Le marché va retrouver un fonctionnement plus "normal", avec des à-coups, une volatilité plus forte et des mouvements de balancier. La période redevient enfin favorable à la gestion active, avec des opportunités qu’il ne faudra pas manquer.

Tradingsat.com : Vous attendiez une "correction significative", peut-elle se poursuivre ?

Frédéric Rozier : Cette correction est tout sauf une surprise. Et c’est ce qui justifie notre confiance dans le fait d’investir. Nous étions bien sous-pondérés sur les actions. Nous redevenons "Neutre" avec la chute qui vient d’intervenir et avons commencé à réinvestir ce matin à l’ouverture une partie de nos liquidités. Il ne s’agit pas de se surexposer au marché, qui ne va pas rebondir du jour au lendemain. A Paris, le CAC 40 pourrait encore retomber sur les 5000 points. Mais une bonne partie du chemin baissier a sans doute été accomplie.

Tradingsat : On entend de plus en plus parler de bulle sur les actions, pas de krach en vue selon vous ?

Frédéric Rozier : J’ai tendance à penser que lorsque tout le monde s’attend à quelque chose, les chances que cet événement se produise sont faibles. Peu de gens avaient anticipé la crise des subprimes. En revanche, oui c’est un coup d’arrêt sur le marché américain qui affirme le fait que le potentiel est limité au regard notamment des craintes que l’on peut avoir sur l’inflation, en particulier l’inflation salariale. Or, qui dit crainte inflationniste dit risque de remontée plus rapide des taux. D’autant que les niveaux records de l’activité américaine pointent vers une potentielle surchauffe de l’économie.

Tradingsat.com : Par comparaison, comment faut-il appréhender les marchés européens ?

Frédéric Rozier : La question fondamentale reste celle de la convergence : est-ce que l’on va rattraper notre retard de valorisation sachant que la problématique économique est différente en Europe par rapport aux Etats-Unis, hormis peut-être le cas spécifique allemand, mais avec des soldes budgétaires tout de même bien mieux équilibrés. Globalement, le marché européen dispose toujours d’un potentiel, il peut bénéficier d’un rattrapage de valorisation, ce pourquoi nous avons pris des positions ce matin dans une "approche value" fondée sur les valeurs décotées.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...