Bourse > Actualités > Interviewsffrfrfr > Stéphane Furet : "Il reste du potentiel sur les grands indices"

Stéphane Furet : "Il reste du potentiel sur les grands indices"

Stéphane FuretStéphane Furet

(Tradingsat.com) - Après une hausse de 18% en 2013, le marché parisien a débuté 2014 sur une note mitigée. Stéphane Furet, le directeur général de la société de gestion Dorval Finance, dont les fonds affichent de solides performances sur courte et sur longue période, nous livre ses attentes pour la nouvelle année.

Tradingsat.com : Est-ce toujours le bon moment pour investir sur le marché selon vous ?

Stéphane Furet : Globalement, 2014 devrait encore être une année favorable aux actions. Leurs perspectives de retour sur investissement se comparent toujours favorablement à celles des fonds euros des contrats d’assurance vie (autour de 3% maximum aujourd’hui) et au Livret A. On ne renouvellera certes peut-être pas la performance de 2013, mais il reste selon nous un potentiel sur les grands indices. Une progression autour des deux chiffres est possible sur les marchés européens. Grâce d’une part, à la poursuite de la réduction de la décote dont ils souffrent encore par rapport aux marchés américains et d’autre part grâce à la croissance bénéficiaire de 10 à 12% attendue pour les entreprises du DJ Stoxx 600 qui nous semble réaliste.

Tradingsat.com : N’est ce pas un peu optimiste au vu du contexte économique européen ?

Stéphane Furet : Il y a tout de même une amélioration visible du cycle qui s’observe depuis l’été dans les statistiques, notamment dans les indices PMI d’activité. La reprise est un peu plus rapide qu’attendu en Europe du Sud, l’économie britannique s’est ressaisie, et l’Allemagne continue de tirer l’ensemble de la Zone Euro. La France est certes un peu en retard, mais elle ne peut rester complètement à l’écart du mouvement. De plus, les entreprises ont continué à abaisser leurs coûts et leur point mort. Leur sensibilité à toute hausse des volumes devrait donc se répercuter rapidement sur leur rentabilité.

Côté américain, nous sommes plus rassurés qu’il y a trois mois ; les dernières prévisions de la Fed et les chiffres du dernier trimestre 2013 sont plus optimistes que le consensus. La croissance pourrait donc plutôt approcher les 3,5%, contre 2,8% à 2,9% anticipés jusqu’à présent.

Tradingsat.com : La fin programmée du « quantitative easing » de la Fed ne risque-t-elle pas de faire peur aux marchés ?

Stéphane Furet : Nous ne pensons pas que le décrochage de juin de l’année dernière puisse se reproduire. Les taux longs américains sont déjà remontés vers les 3% et nous ne les voyons pas aller vraiment au-delà de 3,5%, voire 3,7% fin 2014. Il ne resterait donc à encaisser qu’une hausse limitée de 0,5% à 0,7% dans une économie un peu plus vigoureuse, après avoir supporté un doublement l’an dernier. Cela ne devrait pas poser de grands problèmes. Par conséquent, la zone US ne nous inquiète pas. Ceci étant dit, notre grand joker 2014, ce sont les Emergents mais le timing est compliqué. Leurs principaux débouchés étant l’Europe et les Etats-Unis, ils devraient en effet profiter de l’amélioration de ces deux zones, tandis que la croissance domestique, en Chine notamment, devrait rester dynamique. L’Asie devrait rester un moteur de croissance important.

Tradingsat.com : Les valeurs du luxe, très exposées à l’Asie, ont pourtant connu une fin d’année 2013 difficile.

Stéphane Furet : C’est un autre problème. Le secteur du luxe a servi de refuge pendant les mauvaises périodes boursières, les gérants considérant que ces valeurs, très portées par les émergents, étaient immunisées contre la morosité économique européenne. De ce fait, leur niveau de valorisation était devenu très élevé, à la merci d’un élément exogène négatif, comme par exemple une évolution défavorable des taux de change. Au vu des prévisions prudentes de certains groupes de luxe, des ratios de valorisation de 18 fois les bénéfices attendus ne peuvent plus se justifier. Nous avions pour notre part évité ce « piège ».

Tradingsat.com : Quelles ont été les performances des fonds de Dorval Finance en 2013 ?

Stéphane Furet : Les fonds Dorval Manageurs France et Dorval Manageurs Europe figurent dans les 10 premiers de leur catégorie. Dorval Manageurs France est 8e sur 133 avec une performance de 29% en 2013, 10e sur 131 avec +54,59% sur deux ans, et 22e sur 114 avec +70,35% sur cinq ans. Entre le 1er janvier 2013 et le 2 janvier 2014, Dorval Manageurs Europe est 10e sur 631 avec une performance de +36,1%, et 9e sur 592 sur deux ans avec +68,3%. Notre fonds flexible, Dorval Convictions, dont l’investissement actions sur les marchés peut varier entre 0 et 100%, figure également dans les meilleurs fonds patrimoniaux avec une progression de 15,8% en 2013. Ce fonds a la particularité de résister extrêmement bien en période de crise, comme en 2008, où il n’a cédé que 3,3%. Le contrat moral avec les clients et d’engranger au minimum les 2/3 de la hausse quand le marché est bien orienté, sans subir plus d’un tiers des baisses quand il est dans le rouge. Depuis sa création le 31 décembre 2007, Dorval Conviction progresse de 26,2%, tandis que son indice de référence, l’Eurostoxx, recule de 27%.

Tradingsat.com : Quels sont les secteurs et les valeurs que vous privilégiez cette année ?

Stéphane Furet : Nous nous concentrons principalement sur 4 thématiques. Tout d’abord l’automobile ; le marché auto européen a selon nous touché ses plus bas ; le nombre de voitures vendues en 2013 est en recul de 30 % par rapport à avant la crise, en 2007. Le marché se redresse depuis trois mois, et nous pensons que cela va se poursuivre. Dans ce secteur, nous aimons bien les équipementiers Plastic Ominum et Faurecia. La Santé reste une thématique porteuse. Un groupe comme Sanofi, qui a su résoudre ses problèmes de perte de validité de brevets sur ses médicaments à succès, en se diversifiant, figure ainsi en bonne place dans nos portefeuilles. Autre secteur : tout ce qui touche à la numérisation de l’économie ; une tendance de long terme, dont profitent des entreprises comme Gemalto, Ingenico, ou encore Gameloft. Enfin, nous continuons de miser sur ce que l’on appelle le « luxe abordable », via la société danoise Pandora, spécialisée dans les bijoux sur mesure, et le groupe grec Folly Folly.

Tradingsat.com : Vous venez aussi de lancer un nouveau fonds éligible au PEA PME.

Stéphane Furet : Nous avons lancé Dorval Manageurs Small Cap Euro le 10 janvier. Comme son nom l’indique, ce fonds se focalise plutôt sur les moyennes et petites capitalisations européennes, inférieures au milliard d’euros, même s’il pourra aussi comporter de plus grandes valeurs afin de pouvoir s’abriter sur des valeurs plus liquides en cas de correction des marchés. Son indice de référence est le MSCI Small cap euro. Les thématiques d’investissement déjà évoquées seront logiquement représentées, mais elles seront élargies pour profiter de la grande profondeur de la cote européenne. Nous pourrions ainsi inclure cette année une thématique « joker » qui a beaucoup souffert : il s’agit des parapétrolières, pour lesquelles nous pensons que le point bas n’est plus très loin. Logiquement, le pétrole devrait reprendre un peu de hauteur dans un scénario de reprise de la croissance mondiale.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...